Van Persie et Falcao, du but à la mort

le
0
Van Persie et Falcao, du but à la mort
Van Persie et Falcao, du but à la mort

Le football, par sa nature injuste, aime faire voler les carrières et les exploser en plein vol. Le buteur, pourtant jugé en fonction de ses performances, c'est-à-dire de ses buts marqués, en est la victime numéro un. Aujourd'hui à Manchester United, aussi bien Radamel Falcao que Robin van Persie souffrent, différemment, des attentes placées en eux. Sont-ils devenus trop forts trop vite ? Ou sont-ils plus simplement les victimes d'un jeu complètement injuste ?

Le timing du buteur est cette notion bien connue qui mesure le talent d'un numéro 9 à arriver au bon moment sur le ballon, ou faire en sorte que le ballon arrive au bon moment sur lui, on ne sait pas trop. Mais derrière, il en existe un autre. Non pas un autre buteur, mais un autre timing, qui prend bien plus son temps, laisse s'écouler les années et se briser les carrières. Celui-là, il regarde le terrain avec la vision d'un numéro 10 et casse tous les numéros 9 un par un, tôt ou tard. Ce timing, c'est celui de la réussite et de l'échec.

Combien de grands avants-centres peuvent se prévaloir de n'avoir jamais connu de période de doute ? Le but a ses secrets, et peu d'hommes ont réussi à ne jamais chuter en tentant de les découvrir. Le plus grand de tous, Ronaldo, a même failli ne jamais se relever. La relation qui unit à vie Luis Suárez et le but vient de connaître des premiers mois " compliqués " à Barcelone. Sur ses onze saisons jouées sous les couleurs du Milan, Pippo Inzaghi n'en a connues que cinq à plus de 10 buts en championnat. Et pourtant, s'il y en a un qui devait avoir tout compris, c'était bien lui... Même Andrey Shevchenko aura connu les cauchemars des ratés à répétition. Didier Drogba a mis du temps à se dévoiler, tandis que Dwight Yorke a vite disparu. Karim Benzema a côtoyé de nombreux démons. Enfin, le destin de Fernando Torres pourrait devenir un cas d'école des grands buteurs en lutte spirituelle avec la cruauté de leur outil de travail.
Manchester United, le jeu et les buts
En début de saison, tous les pubs anglais répétaient que Manchester United avait commis le péché d'acheter trop d'attaquants. Dans le froid et le prestige du centre d'entraînement des Red Devils, Louis van Gaal pouvait effectivement compter sur son ami Robin van Persie, la star Radamel Falcao, le capitaine Wayne Rooney, et même Ángel Di María. Aujourd'hui, l'accumulation des buteurs n'a pas donné une overdose de buts, loin de là. Le coach autoritaire n'hésite pas à le souligner : " C'est vrai. Van Persie ne peut le nier, Falcao ne peut le nier, et Rooney ne joue plus beaucoup désormais. En ce moment, il nous manque un buteur capable de planter une vingtaine de buts ". Van Persie et Falcao en seraient donc incapables ? Le problème, ce serait les buteurs ? À écouter Van Gaal, Robin van Persie ou Radamel Falcao devraient être à la hauteur de Diego Costa et Sergio Agüero dans le classement...




Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant