Van Gogh, brillant «mélancolique» incompris des médecins

le
0
En sa basant sur cinq journées déterminantes de la vie du peintre, le Pr François-Bernard Michel, professeur de médecine à Montpellier, s'est prêté à l'analyse de la psychologie de ce géni fascinant.
DR
DR

S'il nous en a mis plein les yeux, c'est qu'il en avait lui-même plein les siens. Vincent Van Gogh était un être un peu différent. Ses yeux aux rétines anormalement riches en cellules destinées à voir les couleurs lui jouaient des tours. Et que dire de l'absinthe, l'abominable «fée verte», et de son terrible poison, la thuyone.Le Pr François-Bernard Michel, professeur de médecine à Montpellier, président de l'Académie de médecine, a eu la bonne idée de se pencher sur les deux dernières ...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant