Van Gaal, du temps et des bases

le
0
Van Gaal, du temps et des bases
Van Gaal, du temps et des bases

Manchester United toujours incapable de gagner, son coach hollandais préfère dénoter la bonne année 2015 et demander du temps que de se réduire à démissionner. Un schéma qui rappelle furieusement son passage au Bayern.

Décembre est parti, emportant avec lui les ambitions de titre de Manchester United. Seulement deux petits points, acquis grâce à des nuls sans but à Old Trafford contre Chelsea et West Ham, et des défaites face à Bournemouth, Norwich et Stoke, ainsi qu'une élimination en Ligue des champions contre Wolfsburg. Le pire dernier mois de l'histoire du club, rien que ça. De fait, plus le temps passe, plus les résultats contraires s'accumulent, plus le destin de Louis van Gaal à la tête du club semble destiné à tourner court. On n'annonce pas " Je ne démissionnerai pas " comme l'a fait le Hollandais au sortir d'une rencontre face aux Blues que les Red Devils auraient pu, auraient dû gagner, si on n'est pas conscient que sa tête se trouve déjà sur le billot. Tout simplement parce que United se noie dans le prévisible, les passes vers l'arrière, la prudence débordante, le manque de liant, les compositions sans cohérence. Pourtant, LvG reste d'un incurable optimisme, rassuré par une première mi-temps presque convaincante, parlant d'une année 2015 globalement conforme aux attentes, remerciant les supporteurs de leur soutien, alors qu'en coulisses se murmurent de nouveaux transferts pharamineux. Après tout, il le martèle à longueur de conférences de presse : il a besoin de temps, ses joueurs devant s'adapter parfaitement à son système pour réussir. Un discours qu'il tenait déjà au Bayern à l'automne 2009.

Schweini : "Je reconnais des similarités entre Louis van Gaal ici et au Bayern"

Mêmes problèmes, mêmes excuses . A l'époque, Van Gaal venait de reprendre le club bavarois, et les critiques étaient semblables : jeu stéréotypé, sans aucun risque, accumulation de 0-0. La question de son limogeage se posait aussi déjà : "Ils peuvent me jeter dehors, et alors ? Il n'y a pas d'entraîneur avec un meilleur CV." Comme il répètera sans doute toute sa vie, Van Gaal se considère comme un " gestionnaire de processus ". " Nous sommes seulement au début, nous ne sommes pas prêts " disait-il hier de son Bayern, aujourd'hui de son Manchester. Pas pour travailler la défense - le système gaalien étant naturellement hermétique - mais pour parvenir à cette fameuse " phase 4 ", celle du passage à l'homme libre entrainant une occasion de but. Manchester et Munich ne sont finalement pas…

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant