Van der Wiel et la droite pâté du PSG

le
0
Van der Wiel et la droite pâté du PSG
Van der Wiel et la droite pâté du PSG

Très en difficulté lors du quart de finale de Ligue des champions contre Barcelone, Gregory van der Wiel pourrait être poussé vers la sortie en fin de saison. Le latéral droit symbolise le recrutement parfois approximatif du PSG.

Quand le forfait de Thiago Silva pour le quart de finale retour de Ligue des champions contre Barcelone a été officialisé, la majorité des supporters du PSG a probablement fait la même réflexion : "Et m...., on va prendre le bouillon à droite avec Van der Wiel face à Neymar". Les mots ne sont peut-être pas les bons, mais l'idée est là. Et effectivement, mardi soir au Camp Nou, Gregory van der Wiel a passé 90 minutes à danser au rythme des dribbles et des accélérations de l'attaquant brésilien, auteur d'un doublé. La double confrontation contre le Barça a au moins eu le mérite d'afficher au grand jour les carences du latéral droit parisien. Une fois de plus.
Van der Wielain
Depuis son arrivée en 2012, Van der Wiel a régulièrement montré ses limites, notamment sur le plan défensif. Placements hasardeux, relances approximatives, tendance prononcée à défendre en reculant et à laisser un mètre à son adversaire pour centrer ou tirer, le Hollandais n'a jamais fait l'unanimité. À tel point que Christophe Jallet, qui devait être son remplaçant, lui a souvent été préféré jusqu'à son départ à Lyon l'été dernier. C'est d'ailleurs l'international français qui avait été titularisé lors des quarts de finale aller et retour contre Barcelone en 2013 et Chelsea en 2014. Pire, Van der Wiel se fait de plus en plus discret en attaque, lui qui compensait jusque-là ses errements défensifs par un apport offensif intéressant. Cette saison, ses dédoublements et ses bons centres sont aussi rares que les jours de sobriété de Lavezzi. L'arrivée de Serge Aurier à l'intersaison aurait logiquement dû pousser le joueur de 28 ans sur le banc, mais l'ancien Toulousain a vécu des premiers mois difficiles avant d'être perturbé par une blessure contre Caen et une suspension de quatre matchs en Ligue des champions alors qu'il montait en puissance. Van der Wiel a donc beaucoup joué cette saison (36 matchs toutes compétitions confondues, 19 titularisations en Ligue 1), mais lorsque sa défense est au complet, Laurent Blanc lui préfère systématiquement Marquinhos. Ce fut notamment le cas lors du huitième de finale retour contre Chelsea. "Je ne sais pas pourquoi je n'ai pas débuté, je n'ai pas eu d'explication de l'entraîneur, avait regretté Van der Wiel après la rencontre sur la chaîne de télévision néerlandaise NOS. Pour moi, c'était une surprise. Il a choisi Marquinhos à mon poste, mais ne m'a pas dit un mot…


Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant