Valls vole au secours d'un président fragilisé

le
0
Le ministre de l'Intérieur a été l'un des rares socialistes à prendre la défense de François Hollande.

Bon élève, Manuel Valls s'est payé le luxe d'assurer dimanche le service après-vente de l'improbable décision de François Hollande. «C'est un geste fort du chef de l'État, a ainsi défendu dimanche le ministre de l'Intérieur, dans un entretien accordé au JDD. Un geste de générosité pour Leonarda, mais sa famille ne reviendra pas.» Rentré précipitamment de Guadeloupe, samedi matin, pour recevoir les conclusions du rapport de l'Inspection générale de l'administration (IGA) sur les conditions d'expulsion de Leonarda, Manuel Valls était d'ailleurs l'un des rares, dimanche, à prendre la défense de François Hollande. À part quelques hollandais «pur sucre», l'ambiance était plutôt à la consternation générale dans les rangs du gouvernement, chez les députés ou encore au Parti socialiste.

Pas Place Beauvau, donc, où l'on savoure la séquence. Car, hormis la propos...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant