Valls veut accélérer le chantier du Central Park de la Courneuve

le
4

Le projet fait face à une forte opposition locale. Il prévoit la construction de 24.000 habitations, qui vont amputer d’un quart de sa surface le «poumon vert» de ce département pauvre au nord de Paris.

Le dossier fait beaucoup parler. Manuel Valls a appelé à mettre en oeuvre «rapidement» un projet d’aménagement du Parc de la Courneuve tout en prenant ses distances avec la proposition très décriée de l’architecte et urbaniste Roland Castro d’un «Central Park du Grand Paris», dans une lettre rendue publique mercredi. «J’ai demandé que le calendrier des discussions puisse être accéléré et de disposer dès la fin juillet d’un premier bilan des orientations que nous pourrions engager», écrit le Premier ministre dans cette lettre au président socialiste du conseil départemental de Seine-Saint-Denis, Stéphane Troussel.

Assurant dans un communiqué «qu’il n’y aura pas un logement construit dans le parc» et aucune construction «sans l’accord des élus locaux», M. Troussel a précisé qu’une première consultation serait organisée jusqu’en septembre sur les usages du parc, avant de réfléchir dans un second temps, à son avenir. Le parc Georges-Valbon à la Courneuve, banlieue populaire de Seine-Saint-Denis est le plus grand parc aménagé de la région parisienne, mais il est mal desservi par les transports et certaines de ses infrastructures sont vieillissantes.

24.000 logements au programme

L’architecte Roland Castro a proposé un gigantesque projet, sur le papier le plus important projet d’habitation du Grand Paris, avec 24.000 logements, qui amputeraient le parc, classé Natura 2000, de 70 hectares. Depuis le dévoilement de ce projet, une forte opposition locale, soutenue par les élus communistes des communes concernées, s’est développée.

Mi-juin, le président de la région Île-de-France Jean-Paul Huchon avait déjà estimé que les conditions étaient réunies pour «repenser» avec l’ensemble des acteurs un projet d’aménagement des franges du parc de la Courneuve alternatif à celui de «Central Park». «Ce projet n’est ni celui du Conseil départemental, ni celui des élus locaux. Il n’est pas davantage celui de l’Etat», écrit M. Valls dans sa lettre.

Les opposants au projet de Central Park se sont félicités dans un communiqué mercredi soir de cette «première victoire pour la mobilisation citoyenne et populaire», estimant toutefois que des «ambiguïtés demeurent».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M1765517 le jeudi 2 juil 2015 à 15:02

    quelques rétrocommissions pour aller à Berlin !

  • pelochon le jeudi 2 juil 2015 à 13:02

    Du lard aux cochons

  • mlemonn4 le jeudi 2 juil 2015 à 12:26

    Mais le petit despote veut que son nom dans l'histoire soit gravé, tellement son ego est surdimensionné ! Il fera tout pour que cela se fasse, y compris même contre l'avis des citoyens!

  • heimdal le jeudi 2 juil 2015 à 11:41

    Normal,les citoyens financent au travers de la fiscalité locale et se feront prélever en allant au parc qui reversera 60 % de ses bénefs à l'état.