Valls, sur un air de défi

le , mis à jour à 08:36
1
Valls, sur un air de défi
Valls, sur un air de défi

Sous un soleil de plomb, Manuel Valls fredonne : « Même en cent ans, je n'aurais pas le temps, pas le temps... » Tout sourire, le Premier ministre a demandé un bis de Michel Fugain à la chorale du centre social Saint-André.

 

L'orage politique qui tonne en France ne semble pas atteindre la périphérie de Lomé (Togo). Samedi après-midi, les mots de François Hollande sont pourtant fermes. Interrogé sur les confidences de son Premier ministre, qui aurait dit au « Monde » avoir ressenti de la « colère » à la lecture du livre « Un président ne devrait pas dire ça... », le chef de l'Etat appelle « chacun à être à sa tâche ». Valls, lui, file déjà vers le port autonome de la capitale togolaise pour y vanter les mérites de l'économie bleue, qui s'appuie sur l'activité maritime.

 

Le Premier ministre peaufine sa stature

 

S'il poursuit sa tournée africaine — qui s'achève ce soir — comme si de rien n'était, c'est que Manuel Valls n'estime pas avoir été recadré. « C'est une évidence que chacun doit être à sa tâche, à sa place », évacue-t-il en petit comité.

 

Dimanche soir, il lâchera néanmoins des propos ambigus depuis la Côte d'Ivoire, au micro de France 24 et RFI : « La plus bête du monde, la gauche française peut le devenir. Elle n'est pas à la hauteur de ses responsabilités. » La veille, depuis Accra, capitale du Ghana, il avait confirmé sa loyauté, défiant : « Chacun peut reconnaître qu'il est très, très, très difficile de me remettre en cause sur ces sujets. J'attends, d'ailleurs ! » Et de marteler, alors : « Il faut être responsable. Et je le suis ! Loyal, bien sûr. Vis-à-vis de ma famille politique. »

 

Vendredi soir, alors que Paris bruissait de sa « colère » contre le président, le Premier ministre n'a pas saisi l'occasion d'un discours devant la communauté française de Lomé pour tempérer ses propos rapportés. Non, ce soir-là, il a préféré parler ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • Ross007 il y a un mois

    Valls, "un p'tit gars qui n'en veut". A ce qu'on dit, pour améliorer son image, il aurait même pris l'apparence de Benoit Hamon.