Valls soutient Lagarde pour un nouveau mandat au FMI

le
0
 (Actualisé avec Valls) 
    WASHINGTON/DAVOS, 21 janvier (Reuters) - Le Premier ministre 
français Manuel Valls a apporté jeudi son soutien à un second 
mandat pour Christine Lagarde à la tête du Fonds monétaire 
international (FMI), qui a lancé le processus de désignation de 
son prochain directeur général. 
    Le FMI a ouvert jeudi les appels à candidature et espère 
nommer son prochain patron d'ici début mars. 
    La France "soutient" un second mandat de Christine Lagarde, 
a déclaré Manuel Valls lors d'un point de presse au Forum 
économique mondial de Davos, en Suisse, annonçant que le 
ministère des Finances publierait vendredi un communiqué en ce 
sens. 
    Christine Lagarde, dont le mandat expire le 5 juillet 
prochain, s'est dite prête l'an dernier à rempiler. Elle a reçu 
dès jeudi le soutien du ministre britannique des Finances George 
Osborne. 
    "A une époque où le monde affronte ce que j'ai appelé un 
dangereux cocktail de risques, je suis convaincu que Christine a 
la vision, l'énergie et la sagacité pour contribuer à piloter 
l'économie mondiale dans les années à venir", indique le 
chancelier de l'Echiquier dans un communiqué. 
    L'ancienne ministre de l'Economie de Nicolas Sarkozy a été 
élue en 2011 aux dépens du gouverneur de la banque centrale du 
Mexique Augustin Carstens pour remplacer Dominique Strauss-Kahn, 
emporté par le scandale du Sofitel de New York. 
    Aucun concurrent n'a pour l'heure émergé face à elle.   
    Elle a toutefois été renvoyée en décembre devant la Cour de 
justice de la République pour l'arbitrage Tapie, une décision 
contre laquelle elle a aussitôt décidé de former un recours 
auprès de la Cour de cassation.   
    Selon le Canard enchaîné paru mercredi, la France pourrait 
soutenir la candidature du Franco-Ivoirien Tidjane Thiam, le 
patron de Credit Suisse, en raison des ennuis judiciaires de  
Lagarde et pour récolter le soutien des pays africains. 
    Le processus de désignation mis en place par le FMI se veut 
"ouvert, transparent et fondé sur le mérite", a déclaré Alexeï 
Mojine, qui est membre du conseil d'administration du Fonds. 
    "Les individus pourront être nommés par un gouverneur ou un 
directeur exécutif du Fonds. Comme en 2011, nous espérons 
parvenir à une décision par consensus." 
 
 (David Lawder, Stephen Adler à Davos,; Jean-Stéphane Brosse 
pour le service français, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant