Valls/Sarkozy : le jeu des sept différences

le
0
La politique d'immigration de Manuel Valls est différente de celle de son prédécesseur place Beauvau, quoi qu'en disent ses détracteurs.
La politique d'immigration de Manuel Valls est différente de celle de son prédécesseur place Beauvau, quoi qu'en disent ses détracteurs.

L'expulsion cette semaine de Leonarda, collégienne arrêtée lors d'une sortie scolaire pour être reconduite au Kosovo, pays où elle déclare n'avoir jamais mis les pieds, et de Khatchik Kachatryan, lycéen sans papiers de 19 ans, renvoyé en Arménie, où il risque cinq ans de prison ferme pour n'avoir pas fait son service militaire, a ravivé les comparaisons entre l'actuel ministre de l'Intérieur Manuel Valls et Nicolas Sarkozy. Lorsqu'il était ministre de l'Intérieur, en 2006, le précédent président voulait à tout prix éviter que la scolarisation devienne "une nouvelle filière" d'immigration illégale. L'expulsion vers le Nigeria du lycéen de 19 ans Jeff Babatunde Shittu, assumée par Nicolas Sarkozy, avait fait polémique.

Après les deux affaires, médias et hommes politiques de gauche ont repris le parallèle. Un ministre anonyme déclare jeudi dans Libération : "La gauche ne peut pas envoyer les mêmes images que Nicolas Sarkozy. C'est ce qui nous a fait suffoquer." La comparaison ne date pas d'hier et a toujours exaspéré le premier flic de France, qui lâcha l'année dernière sur le plateau de l'émission Des paroles et des actes à des journalistes trop insistants : "Oubliez un peu Nicolas Sarkozy, vous interrogez Manuel Valls."

N'en déplaise au ministre de l'Intérieur, le parallèle est séduisant. Comme Nicolas Sarkozy lorsqu'il occupait la fonction, Valls est devenu populaire en multipliant les déplacements sur le...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant