Valls répond à Sarzkoy : «Jamais je ne dirai que j'ai honte de mon pays»

le
15
Valls répond à Sarzkoy : «Jamais je ne dirai que j'ai honte de mon pays»
Valls répond à Sarzkoy : «Jamais je ne dirai que j'ai honte de mon pays»

Manuel Valls n'a pas tardé à être rattrapé par l'actualité franco-française. En déplacement en Allemagne, où il est venu rencontrer la chancelière Angela Merkel pour proposer ses réformes destinées à infléchir la politique allemande au sein de l'Europe, le Premier ministre a été interrogé sur le retour de Nicolas Sarkozy. Et c'est d'un journaliste allemand qu'est venue la première question à ce sujet, à Valls comme à Merkel, qui tenaient une conférence de presse commune après une entrevue en tête-à-tête suivie d'un déjeuner. «Que pensez-vous de sa démarche», a-t-il demandé à Manuel Valls, et «qu'en pensez-vous compte-tenu des bonnes relations que vous entreteniez avec l'ancien président de la République» à Merkel.

Le message à Sarkozy

«Je ne répondrai pas à ce type de question ici à Berlin. Ma tâche est suffisamment lourde», a entrepris de convaincre Manuel Valls. Selon notre envoyée spéciale en Allemagne, c'est l'un des seuls moments de la conférence de presse où la chancelière allemande a souri. Venant son tour de répondre, Angela Merkel a rappelé la «tradition de coopération» entre la France et l'Allemagne «qui remonte à plusieurs décennies, peu importe l'appartenance à des familles politiques». C'est ensuite la chef d'un parti politique de droite qui s'est exprimée : «Concernant l'évolution de l'UMP, je la suis avec intérêt en tant que présidente de mon parti mais je n'ai pas à commenter. J'espère que l'UMP prendra les bonnes décisions», a fait remarquer la chef de la CDU.

Si Manuel Valls n'a pas regardé la prestation de Nicolas Sarkozy sur France 2, étant déjà en Allemagne et convié à dîner chez l'ambassadeur, il a évidemment lu tout le verbatim de ces 40 minutes. Interrogé une seconde fois sur les projets de reconquête de l'UMP, pour le moment, de Nicolas Sarkozy, le Premier ministre a fini par lancer : «Jamais, jamais évidemment, comme chef du gouvernement ni hier ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3366730 le mardi 23 sept 2014 à 01:12

    Merci rodde12 et d'autres, bonne analyse.

  • mlaure13 le lundi 22 sept 2014 à 18:48

    Baise la main...que tu ne peux couper ?!!!...:-)))

  • frk987 le lundi 22 sept 2014 à 17:49

    Pour M9035148 : ben vous savez que c'est dur d'être dernier, je me suis battu toute ma scolarité pour être le dernier en gym, jamais pu y arriver, il y avait toujours un plus mauvais esprit que le mien.

  • frk987 le lundi 22 sept 2014 à 17:45

    Comment voulez vous qu'il ne fasse pas honte, il avait un devoir à faire, de couper à la hussarde dans les fonds publics, il arrive avec son sourire niais habituel en n'ayant RIEN fait. Si ça ce n'est pas la honte de la France on me dira ce que c'est......

  • rodde12 le lundi 22 sept 2014 à 17:35

    Ne pas dire qu'il a honte soit! mais il vaudrait mieux qu'il ne fasse pas honte. Hélas.

  • M9035148 le lundi 22 sept 2014 à 17:34

    Manolo se bat pour la dernière place , il ne peut pas avoir honte...

  • KAFKA016 le lundi 22 sept 2014 à 17:32

    Manolo devrait apprendre à lire correctement ce qu'a dit Sarko !! et ne pas deformer les propos!!

  • janaliz le lundi 22 sept 2014 à 17:23

    Comme M1084720, j'ai honte pour mon pays, ou plus exactement pour une certaine catégories d'individus qui sont en train de détruire notre pays, ses valeurs essentielles de solidarité qui ne peuvent exister que si tout le monde est solidaire, ce qui est loin d'être le cas de la caste au pouvoir et de ses électeurs...

  • frk987 le lundi 22 sept 2014 à 17:19

    Plein d'humour ce Manolo, ce sont eux qui mettent la France en, position de mendicité européenne, et il n'a pas honte....ma foi, c'est un point de vue.....

  • dotcom1 le lundi 22 sept 2014 à 17:16

    DSK, Cahuzac et Thévenoud n'avaient honte de rien non plus. C'est ce qui caractérise la gauche justement.