Valls réplique à la charge de Montebourg : «Je laisse l'irresponsabilité aux autres»

le , mis à jour à 14:51
4
Valls réplique à la charge de Montebourg : «Je laisse l'irresponsabilité aux autres»
Valls réplique à la charge de Montebourg : «Je laisse l'irresponsabilité aux autres»

Forcément, en plein congrès PS à Poitiers, sa charge ne passe pas inaperçue. La tribune au vitriol d'Arnaud Montebourg dans le JDD, pour qui «nous marchons droit vers le désastre» à cause de «l'absurde conformisme bruxellois» de la politique de l'exécutif, provoque de vives réactions dans les rangs socialistes ce dimanche. 

A commencer par celle du Premier ministre. «Moi, j'assume la responsabilité (de gouverner) et je laisse l'irresponsabilité aux autres. Il faut avoir du courage pour gouverner, oui, absolument», a répliqué, cinglant, Manuel Valls aux journalistes à son arrivée à la dernière journée du congrès, après avoir assisté la veille au soir à la finale de la Ligue des Champions à Berlin. Le Premier ministre s'est gaussé de «ceux qui commentent, ceux qui font des tribunes exagérées, qui n'ont aucun sens avec la réalité, ceux qui, au fond, n'ont pu accepter de gouverner».

Cambadélis : «C'est assez peu courageux»

Pour sa part, Jean-Christophe Cambadélis, invité depuis Poitiers du Grand Rendez-vous Europe 1/Le Monde/iTélé, s'est déclaré «un peu étonné» de l'attitude d'Arnaud Montebourg, faisant valoir qu'il «avait toute la possibilité» de déposer un texte pour le congrès. «Il ne veut pas se soumettre au jugement des militants, mais il veut juger les militants qui ont pris position à 60% pour le texte que j'ai défendu: c'est assez peu courageux», a lancé le premier secrétaire du PS. La critique «est extrêmement forte mais les propositions sont extrêmement faibles», a-t-il ajouté.

Dans les allées du congrès, les répliques ne sont pas plus tendres. «Je rappelle qu'Arnaud Montebourg est celui qui a créé une crise de régime il y a un an. Il faut avoir la mémoire des choses. Il y a des tribunes qui sont des coups de com'», a fustigé Luc Carvounas, sénateur PS proche de Valls. «Je veux rappeler à Arnaud qu'au mois de septembre il y aura des baisses d'impôt. Donc la baisse ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • frk987 le dimanche 7 juin 2015 à 18:14

    Suite : vaut mieux aller voir un match de foot en Espagne ou suivre Roland-Garros , comme l'autre dé.ment qui va suivre 15 jours de cours d'économie....MDR de tant de bêtise au PS.

  • frk987 le dimanche 7 juin 2015 à 18:10

    Un irresponsable se permet de juger un autre irresponsable, c'est ça le PS !!!!!

  • M3182284 le dimanche 7 juin 2015 à 15:41

    c'était une époque où celui qui prenait le micro et arrivait à avoir la posture la plus démagogique gagnait; l'audience était consumériste est obtue. Le temps des socialistes, celui où la dette volait les générations futures en se donnant bonne conscience et en jouant les victimes.

  • M8252219 le dimanche 7 juin 2015 à 14:18

    La boussole socialiste n'existe pas. aveugle, dogmatique: le q. dans les ors de la république. AUCUNE RÉDUCTION DU NOMBRE D'ÉLUS, trop bien payés. AUCUNE RÉDUCTION DU NOMBRE DES FONCTIONNAIRES,improductifs avec beaucoup trop de privilèges. NON SUPPRESSION DES STATUTS ET RÉGIMES SPÉCIAUX,trop de privilèges et peu productifs. C'est 30% de la population dite active qui pille la France. 58% du PIB dépensé en fonctionnement par l'état entre 15 et 20% de plus que nos voisins européen.