Valls reconnaît que le gouvernement aurait dû baisser les impôts plus tôt

le
22

Le premier ministre a reconnu une «erreur» sur les hausses d'impôts depuis le début du mandat, qu'il essaye depuis de «corriger».

Jamais le mea culpa du gouvernement n'avait été aussi net sur les hausses d'impôts. Revenant sur les raisons de la cinglante défaite du PS aux élections départementales de dimanche, Manuel Valls a admis mardi matin sur RMC et BFMTV que, sur le plan économique, «la plus grosse erreur, c'est peut-être de ne pas avoir intégré encore plus rapidement, mais notamment depuis trois ans, la question de l'impôt». En somme, contrairement à ce qu'elle a longtemps affirmé, l'actuelle majorité reconnaît qu'elle aurait dû baisser les impôts plus tôt. Cette prise de conscience s'appuie sur un constat du premier ministre partagé par beaucoup d'observateurs: «la hausse cumulée des impôts depuis des années, et la droite y a pris une part très importante, a créé un effet de ras-le-bol qui a étouffé l'économie française pour les entreprises, et qui a mis très en colère les Français».

C'est donc pour «corriger cette erreur» que le gouvernement a pris des mesures depuis l'an dernier. Côté entreprises, le Crédit d'impôt compétitivité emploi (Cice) et le pacte de responsabilité ont pour objectif de réduire le coût du travail de 41 milliards de 2014 à 2017. Quant aux ménages modestes et moyens, après le coup de pouce de l'an dernier, ils vont bénéficier cette année de la suppression de la première tranche de l'impôt sur le revenu (IR). Ces deux mesures concerneront en deux ans 9 millions de ménages, dont 3 millions sortiront ou éviteront d'entrer dans l'impôt, pour un coût de 3,2 milliards.

Près de 70 milliards de hausses en 3 ans

Cette prise de conscience du «ras-le-bol» fiscal n'est certes pas nouvelle, puisqu'elle avait été évoquée par Pierre Moscovici, le précédent ministre des finances, à l'été 2013. Dans la foulée, François Hollande avait promis une «pause fiscale» qui n'était pas venue en 2014 pour les ménages. Plus récemment, lors de l'annonce de la suppression de la première tranche de l'IR, en septembre dernier, Manuel Valls en avait remis une couche, évoquant un «haut-le-coeur» fiscal après plusieurs années d'augmentations d'impôts. Il faut dire qu'après 18 milliards en 2011 et 22 milliards en 2012, les mesures nouvelles ont représenté 29 milliards en 2013 -soit 69 milliards en trois ans- alors que le seuil d'exaspération était déjà atteint. En 2014, le taux de prélèvements obligatoires est certes resté stable, mais la baisse pour les entreprises a été compensée par un alourdissement de la facture pour des millions de ménages.

Tout aussi conscient de la sensibilité épidermique des Français sur le sujet, François Hollande avait assuré en fin d'année dernière qu'à partir de 2015, il n'y aurait «pas d'impôt supplémentaire sur qui que ce soit». Il avait notamment reconnu qu'il «y a un moment où la classe moyenne supérieure ne peut plus accepter d'augmentation d'impôt», rappelant que 20% des Français, les plus aisés, avaient supporté 75% des mesures de hausses d'impôts de 2013 à 2014, soit près de 6 milliards d'euros.

Mais c'est la première fois que le gouvernement dit aussi clairement que la politique fiscale du début de mandat a été contreproductive. Jusqu'à présent l'exécutif expliquait plutôt qu'il était difficile de faire autrement. En septembre 2013, Jean-Marc Ayrault, le précédent premier ministre, avait ainsi déclaré qu'il assumait «d'avoir été obligé d'augmenter les impôts». Alors que le déficit public avait atteint 5,2% en 2011, les hausses d'impôts étaient, selon son équipe, la solution à privilégier dans un premier temps pour redresser les comptes du pays tout en finançant des «priorités», comme l'Education nationale. Les économies devaient venir dans un second temps, facilitées par le retour prévu de la croissance.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aremon05 le mercredi 1 avr 2015 à 09:34

    le déficit du PIB à 5.2 et les quelques 1900 milliards de dettes mi 2012 nécessitaient des mesures pour garder notre indépendance, la droite a augmenté les impôts de 40 milliards, la gauche de 29 en 2013 plus 10 en 2014. Comme quoi il est bon de le rappeler aux Français.

  • M3366730 le mardi 31 mar 2015 à 20:27

    La dette explose : http://www.contribuables.org/ 2 089 milliards d'euros soit + de 319 milliards depuis l'arrivée de FH et les petits avantages entre copains : http://www.contribuables.org/2015/03/les-parlementaires-se-votent-a-lunanimite-une-augmentation-de-leur-duree-indemnisation-en-cas-de-defaite-electorale/ http://www.contribuables.org/2015/03/parachute-dore-des-elus-interview-deudes-baufreton-sur-public-senat/

  • M3366730 le mardi 31 mar 2015 à 20:23

    Alors il n'était déjà pas crédible mais là il passe vraiment pour un to-card, vraiment pas mieux que ses copains. Qu'il commence à diminuer le train de vie de l'état en augmentation d'au moins 1,5% chaque année et tout le reste. C'est vrai que l'assemblée nationale a votée récemment une indemnisation de 12 mois au lieu de 6 pour ceux et celles qui ont perdu leur poste lors des départementales ! Elle est pas belle la vie

  • neutro le mardi 31 mar 2015 à 19:35

    Je suis d'accord que les hausses d'impôts étaient inévitables mais il fallait faire en même temps des réformes drastiques et des économies sur le fonctionnement de l'Etat. Mais ayant été élu sur un énorme mensonge (il n'y avait pas de crise...) et avec en plus la mentalité socialo (y a qu'à faire payer les riches), la mayonnaise n'a pas pris et cela a donné les résultats que l'on voit et j'ai bien peur qu'il ne soit trop tard...

  • DADGAD le mardi 31 mar 2015 à 17:31

    Ils ont tous lu et étudié Machiavel?

  • berco51 le mardi 31 mar 2015 à 17:06

    J'en ai assez de voir ces réactions d'une grande bêtise envers les fonctionnaires . Primo derrière ce terme il y a des centaines de métier. Des infirmières mal payées et qui travaillent dans des conditions de plus en plus difficiles , des policiers dont on connait le tribut qu'ils payent afin de protéger le citoyen, des militaires en mission qui défendent nos valeurs au péril de leur vie, des enseignants etc . Mettre tous les maux de la société sur ceux ci relève d'une grande méconnaissance .

  • lsleleu le mardi 31 mar 2015 à 16:57

    @ M8252219 vous faire erreur ! ce gouvernement creuse les déficits Et augmente les impôts ! et vous avez pas encore vu les impôts fonciers et locaux à venir !Ou augment

  • oudeboye le mardi 31 mar 2015 à 16:42

    le problème de ces hausse ce que ça va entrainer le marché noir et à tricher à force de nous ponctionner. ça me dégoute que ça soit toujours les même qui payent et qui n'ont rien en retour

  • s.froid le mardi 31 mar 2015 à 16:27

    Valls "on ruine les français mais on fait peut-être une erreur" ?

  • bsr16 le mardi 31 mar 2015 à 16:05

    il fait de la COM c'est tout...