Valls promet un geste envers les retraités modestes

le
0

VIDÉO - En déplacement dans une entreprise d'Eure-et-Loir, le premier ministre a confirmé qu'il prendrait une «mesure forte» à leur endroit. Par ailleurs, une «clause de revoyure» pourrait être introduite concernant le point d'indice des fonctionnaires.

Les retraités modestes devraient être épargnés par les mesures d'économies mises en place par le gouvernement de Manuel Valls. En déplacement dans une entreprise d'Eure-et-Loir, le premier ministre a confirmé qu'il prendrait «une mesure forte concernant les retraités modestes». «Les salariés modestes, les classes moyennes, les retraités qui ont des pensions faibles, doivent participer à cet effort mais à proportion de leurs revenus et nous sommes très attentifs à ce que leur pouvoir d'achat ne s'érode pas», a justifié le premier ministre.

Quelle forme pourrait prendre cette «mesure forte»? Hier, le président du groupe des radicaux de gauche à l'Assemblée nationale, Roger-Gérard Schwartzenberg, indiquait que le premier ministre, qui venait de le recevoir à Matignon, s'était montré ouvert à l'idée de ne pas geler les petites pensions, en deçà d'un certain niveau. Manuel Valls a confirmé ce jeudi: «Nous demandons un effort à travers le gel d'un certain nombre de prestations jusqu'en octobre 2015 mais nous prendrons une mesure forte concernant les retraités modestes». Le 16 avril, Manuel Valls a en effet annoncé, dans le cadre de la présentation de son plan d'économies de 50 milliards d'euros, que les retraites, déjà gelées six mois dans le cadre de la réforme des retraites, seraient gelées un an supplémentaire. Une première.

«Clause de revoyure»

Manuel Valls a également promis un geste, cependant plus timide, en direction des fonctionnaires. Leur traitement, gelé depuis 2011, devrait l'être jusqu'en 2017, selon le programme de stabilité adopté hier en Conseil des ministres. Afin d'adoucir la potion, le premier ministre souhaite instaurer une «clause de revoyure» qui permettrait de revenir sur le gel du point d'indice en cas de retour de la croissance. «À travers une clause de revoyure, on peut de nouveau engager les discussions avec les partenaires sociaux», a-t-il expliqué.

En préservant le pouvoir d'achat des fonctionnaires et d'une partie de la population aux faibles revenus, Manuel Valls fait également un geste envers les députés de la majorité, dont certains se sont montrés très hostiles au plan d'économies présenté la semaine dernière, au point de faire craindre qu'ils ne l'adoptent pas lors de son examen au Parlement le 29 avril. «C'est non seulement la demande du groupe PS, mais aussi de l'ensemble des parlementaires», a expliqué ce jeudi Manuel Valls pour justifier les mesures annoncées ce jeudi.

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant