Valls promet un coup de pouce aux bas salaires et moins de charges patronales

le
13
Valls promet un coup de pouce aux bas salaires et moins de charges patronales
Valls promet un coup de pouce aux bas salaires et moins de charges patronales

Lors de son discours de politique générale, le nouveau Premier ministre Manuel Valls a multiplié les annonces concrètes pour les contribuables comme pour les entreprises. Revue de détail des mesures promises devant l'Assemblée nationale.

La baisse des cotisations salariales dès janvier 2015. Le nouveau locataire de Matignon a annoncé une baisse des cotisations salariales pour les salariés payés au Smic. «Le pacte est aussi un pacte de solidarité, il doit améliorer le pouvoir d'achat des salariés les plus modestes. Le meilleur moyen, c'est d'agir sur les cotisations salariales pour augmenter le salaire net, celui que l'on touche à la fin du mois», a expliqué Manuel Valls.

La mesure permettra de «procurer 500 euros par an de salaire net supplémentaire» aux salariés concernés, qui touchent le salaire minimum. «C'est presque la moitié d'un 13e mois pour un salarié payé au Smic», a-t-il fait valoir, soulignant que «ce gain sera dégressif entre le Smic et 1,3 fois le Smic». 

L'ensemble des mesures prises en faveur des ménages modestes représenteraient 5 milliards d'euros d'ici à 2017 et comprendraient aussi des mesures d'allègements fiscaux.

Améliorer la compétitivité des entreprises. Manuel Valls a promis aux entreprises une baisse du coût du travail de 30 milliards d'euros d'ici à 2016, qui passera notamment par une suppression des charges pour l'employeur d'un salarié payé au Smic au 1er janvier 2015. Dans le cadre du «pacte de responsabilité», les cotisations patronales à l'Urssaf (réseau de collecte des cotisations) seront «entièrement supprimées», cela permet d'aboutir à «zéro charge pour l'employeur d'un salarié payé au Smic», selon lui.

Dès lors, le barème des allégements existants entre le Smic et 1,6 fois le Smic «sera modifié en conséquence». «Nous y consacrerons 4,5 milliards d'euros», a-t-il souligné. Par ailleurs, «pour les salaires jusqu'à 3 fois et demi le Smic, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • taz40 le mercredi 9 avr 2014 à 07:33

    @poulun2: on se connait ? je ne crois pas alors avant de dire que c'est par principe abstiens toi ! Mon point de vue ne te conviens pas, mais c'est pourtant une réalité et c'est un problème qui me tient à cœur pour bien connaitre cet environnement.

  • taz40 le mardi 8 avr 2014 à 23:14

    Connais tu au moins le salaire d'un jeune diplômé ingénieur de moins de 30 ans en province dans une PME ?

  • taz40 le mardi 8 avr 2014 à 22:53

    poulun2: oui racisme de l'augmentation d'impôts comme la majorité de ceux qui payent des impots et je ne rejoints pas tes idéaux socialiste trop c'est trop, tu as la pensée unique.

  • cracboui le mardi 8 avr 2014 à 21:55

    vous critiquerez dans quelques mois si rien n'est fait! Moi, ce que je souhaite, c'est que l'application de ces décisions ne soit pas a nouveau une usine à gaz ingérable.

  • guerber3 le mardi 8 avr 2014 à 21:02

    C'était " un discours", c'est tout et probablement ça va s'arrèter là, étant " socialiste", ses degrés de liberté sont nuls...!

  • s.lux le mardi 8 avr 2014 à 20:45

    mais zut ! et les classes moyennes alors ?? y en a raz la casquette, nous n'avons jamais rien, nous ne sommes là que pour payer !

  • taz40 le mardi 8 avr 2014 à 20:42

    la hiérarchie dans les entreprises va en prendre encore un coup, ca va finir en anarchie. le balayeur pourra enfin rédiger des appels d'offres. Les responsables de BE vont se remettre à la DAO, etc....

  • ceriz le mardi 8 avr 2014 à 20:42

    classe moyenne?????? retraités???????????

  • ceriz le mardi 8 avr 2014 à 20:41

    pauvre discours ! et pauvre type!

  • M169421 le mardi 8 avr 2014 à 20:36

    Par contre la classe moyenne qui contribue en grande partie à toute l'économie du pays, elle a le droit de travailler, et on a le droit de tout lui ponctionner, au nom de la solidarité. La plupart en est à emprunter pour pouvoir payer l'ânerie de l'état, sa dictature, à faire de cette classe une espèce d'escla-vage.Mais celle ci a compris et s'en va. On verra la belle politique d'ici peu..et surtout ses conséquences.