Valls promet d'amplifier le redressement engagé par Ayrault

le
17
MANUEL VALLS PROMET D'AMPLIFIER LE REDRESSEMENT ENGAGÉ PAR JEAN-MARC AYRAULT
MANUEL VALLS PROMET D'AMPLIFIER LE REDRESSEMENT ENGAGÉ PAR JEAN-MARC AYRAULT

PARIS (Reuters) - Manuel Valls a promis mardi d'amplifier le redressement du pays engagé par Jean-Marc Ayrault afin de répondre à la demande de justice sociale exprimée par les Français lors des élections municipales, qui ont constitué un camouflet pour la majorité.

"Il s'agit de prolonger et d'amplifier l'énorme travail que vous avez mis déjà en oeuvre", a dit le nouveau Premier ministre lors de la cérémonie de passation de pouvoirs avec son prédécesseur, suivie par une foule d'employés de Matignon.

Il faut, a-t-il ajouté, "aller encore plus loin, plus vite, pour répondre à la demande de justice et de justice sociale".

"Je poursuivrai ce travail que vous avez engagé au service du redressement de notre pays, de notre économie, notre industrie, de nos comptes avec ce même attachement au pays et aux Français", a-t-il promis.

Jean-Marc Ayrault a profité de ses derniers instants à Matignon pour conseiller à son successeur "de dire la vérité aux Français", auxquels le gouvernement doit annoncer 50 milliards d'euros d'économies d'ici quelques jours.

"Gouverner c'est choisir, mais aussi c'est dire la vérité aux Françaises et aux Français, à chaque étape", a-t-il déclaré, citant l'ancien président du Conseil Pierre Mendès France.

Démissionné après 22 mois de services malgré sa volonté de prolonger son bail, Jean-Marc Ayrault a déjà fait part de son regret de n'avoir pas pu, dès l'été 2012, être plus franc que François Hollande sur la réalité économique de la France.

"A l'époque, j'ai voulu clairement faire état de la situation du pays, mais on m'a expliqué qu'il ne fallait pas décourager", confiait-t-il dans Le Monde daté du 1er avril.

Jean-Marc Ayrault a exprimé lundi son amertume en annonçant lui même son départ, contrairement aux usages, et en envoyant son chef de cabinet apporter sa démission à François Hollande.

Jean-Marc Ayrault a exhorté son ancien ministre de l'Intérieur à poursuivre le redressement du pays et de ses comptes publics engagé selon lui sous son mandat.

"C'est exigeant, mais c'est la seule voie que nous devons suivre et poursuivre", a-t-il dit, applaudi à la fin de son intervention par ses collaborateurs.

(Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4760237 le mardi 1 avr 2014 à 19:23

    "AMPLIFIER LE REDRESSEMENT" ? Voici un magnifique poisson d'avril ! On aura compris qu'il s'agit en fait d'aggraver la faillite.

  • M4760237 le mardi 1 avr 2014 à 19:20

    la zustice sociale est de retour, avec ses cadeaux toujours pour les mêmes et l'incitation à ne pas travailler, à ne pas faire d'effort.

  • muck12 le mardi 1 avr 2014 à 19:18

    enfin il n a pas fait ENA ou HEC donc certainement plus creatif

  • M3039634 le mardi 1 avr 2014 à 19:10

    Oser parler d'amplifier le redressement, c'est se moquer des Français qui ne sont pas aussi bêtes que le pensent ces Politiciens, avides de pouvoirs et d'avantages de toute nature.

  • muck12 le mardi 1 avr 2014 à 18:53

    pfff pauvre France

  • cavalair le mardi 1 avr 2014 à 18:40

    ''Valls promet d'amplifier le redressement engagé par Ayrault''. Ce n'est pas en amplifiant un desastre que l'on sauve le pays de la faillitte

  • frk987 le mardi 1 avr 2014 à 18:38

    Il met fin à sa carrière en acceptant ce poste.

  • Berg690 le mardi 1 avr 2014 à 18:10

    FH ne pouvait pas plus mal faire comme d'hab. Ce type rate tout,mais sait couler ses amis.

  • LeRaleur le mardi 1 avr 2014 à 17:56

    Valls premier sinistre. Une bonne chose, comme il va se planter, en 2017 il sera foutu.

  • M8637171 le mardi 1 avr 2014 à 17:55

    Les politiciens de métier à gauche ont fait beaucoup de démagogie, ont beaucoup menti, ont surtout refusé de raisonner et de regarder la réalité. leur influence dans les syndicats a empêché la droite en alternance de modifier quoi que ce soit. la droite d'ailleurs elles aussi n'a pas voulu vraiment changer les choses pour continuer à être élus.