Valls: pour gouverner, "il faut de l'expérience"

le , mis à jour à 16:26
21
Manuel Valls lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 15 novembre 2016 à Paris ( AFP / Christophe ARCHAMBAULT )
Manuel Valls lors des questions au gouvernement à l'Assemblée nationale le 15 novembre 2016 à Paris ( AFP / Christophe ARCHAMBAULT )

Il faut "une expérience qui a été éprouvée par le temps" pour gouverner et "refuser les aventures individuelles", a déclaré mercredi Manuel Valls peu après l'annonce de candidature de son ancien ministre Emmanuel Macron à la présidentielle.

Dans un discours à l'université de Cergy-Pontoise en banlieue parisienne, le Premier ministre a plaidé pour une "Nation éducative", plaçant l'éducation au cœur du "projet pour la France" dans un nouveau gage à la gauche après d'autres récentes inflexions de son discours.

"Pour porter cette responsabilité, il faut – j'ose le dire devant vous – une éducation à la conduite du pouvoir, à la responsabilité, un sens de l’État. Il faut de l'expérience, une expérience qui a été éprouvée par le temps", a-t-il lancé. "Il faut de la force et non pas de la légèreté."

Selon le chef du gouvernement, qui n'a pas nommé Emmanuel Macron qui venait d'annoncer sa candidature à Bobigny, "l'exercice du pouvoir" implique d'"avoir le sens de l'intérêt général, le sens du collectif", de "refuser les aventures individuelles".

Manuel Valls et Emmanuel Macron le 14 juillet 2016 à Paris
Manuel Valls et Emmanuel Macron le 14 juillet 2016 à Paris ( AFP/Archives / DOMINIQUE FAGET )

"Il ne faut pas dévier, tracer le sillon sur le fond, être extrêmement serein et très déterminé. (...) Il faut s'adresser aux gens, au cœur et à la raison et pas dans des emballements contre le système. Ne pas se laisser entraîner vers le bas. Le discours anti-élites, il est facile, surtout quand on en vient!", a-t-il poursuivi un peu plus tard devant quelques journalistes.

"Je veux donner aux Français un cadre bienveillant et une dynamique d'espoir", "c'est cela pour moi une Nation éducative, c'est cela pour moi un projet pour la France", a ajouté Manuel Valls dans son discours.

Détaillant ce concept, il a rappelé les réformes menées depuis le début du quinquennat et estimé "qu'il n'y a pas de projet politique viable qui ne soit pas basé sur l’Éducation". "Il faut désormais aller plus loin", "dans les années à venir", a-t-il estimé.

"Le prochain quinquennat devra être celui de vraies augmentations de salaires, pour tous les enseignants", et de la généralisation des expérimentations en matière de "mixité sociale" dans les collèges, a-t-il plaidé. Le Premier ministre a aussi expliqué qu'il faudrait à l'avenir "investir tous les ans, pendant plusieurs années, au moins un milliard d'euros dans notre université".

Manuel Valls multiplie dernièrement les allusions pour confirmer qu'il se tient prêt pour la présidentielle au cas où François Hollande renoncerait à briguer un nouveau mandat.

A l'Assemblée nationale, lors de la séance des questions au gouvernement, Manuel Valls a de nouveau fait référence à son "projet", se disant "fier de défendre un bilan, mais surtout de proposer".

"Nous avons besoin de redonner un projet et du sens aux Français, moi j'y suis prêt", a-t-il lancé.

Sur France 3, Jean-Marie Le Guen, un des soutiens du Premier ministre, a poursuivi l'offensive contre l'ancien ministre, louant à l'inverse Manuel Valls comme "un des rares hommes d’État que connaît la politique française", et qui "lui, a des propositions".

"En général ceux qui se présentent seuls, ça se termine mal (...) Les aventures solitaires ne sont pas les plus glorieuses", a-t-il lancé à l'encontre de M. Macron.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • serval02 il y a 3 semaines

    C'est donc ce qui a manqué à Menteur 1°....Il n'a jamais été ministre même sous son mentor Mitterrand....

  • serge537 il y a 3 semaines

    et .....la corruption

  • pichou59 il y a 3 semaines

    l'expérience, humhum, plutot chasse gardée, élus à vie

  • odnaz il y a 3 semaines

    De quelle expérience parle-t-il ? .... notre problème justement c'est que nos petits politiciens n'ont AUCUNE expérience de l'entreprise, du monde du travail, de la vraie vie .... et des "vrais" gens comme ils aiment dire. A 17 ans les Sarko, Valls, Hollande collaient déjà les affiches du parti qu'ils avaient choisi et qui allait les faire vivre 50 ans dans l'irréalité, le fric facile, les honneurs usurpés, les palais dorés, es grands hôtels et les conférences exotiques.

  • mlaure13 il y a 3 semaines

    Pour gouverner il faut surtout prévoir, et ne pas faire du cabotage au jour le jour...;-(((

  • dotcom1 il y a 3 semaines

    Cela disqualifie donc Valls pour être candidat.

  • SuRaCtA il y a 3 semaines

    lol Valls, tu nous rapelles l'expérience de gouvernement de ton n+1 lorsqu'il est arrivé à l'Elysée ?

  • vlatour1 il y a 3 semaines

    Tout est dans le titre...

  • calippe3 il y a 3 semaines

    avec des idéaux d'un autre siècle on n' avance pas non plus, et le mot socialiste exaspère .....on pense qu' est-ce qu'ils vont encore nous piquer ......

  • cg46 il y a 3 semaines

    A part apparatchik du ps, il avait quoi comme expérience Mou1er ? Manu tais toi !