Valls plaide l'union pour "casser le triptyque du terrorisme"

le
23
MANUEL VALLS PLAIDE L'UNITÉ NATIONALE
MANUEL VALLS PLAIDE L'UNITÉ NATIONALE

MARSEILLE (Reuters) - Manuel Valls a appelé mercredi le pays à l'unité pour "casser le triptyque du terrorisme", notamment par un nécessaire changement de la culture de la sécurité.

"Nous avons un triptyque infernal à casser: la peur, la surenchère et le renoncement", a affirmé le Premier ministre dans un entretien à La Provence, préférant lui opposer un triptyque bâti "sur le sang froid, la maîtrise et le respect de l'Etat de droit".

"Tous les jours, des attentats sont évités. Mais, nous le savons, le risque zéro n'existe pas", a-t-il souligné.

Manuel Valls estime qu'il faut sortir de la culture du bouc émissaire, selon laquelle "c'est la faute de l'Etat", pour développer une culture de la sécurité collective.

"Chaque Français doit être une acteur de la sécurité nationale", dit-il.

Pour le Premier ministre, l'ennemi extérieur clairement désigné est combattu en Syrie et en Irak. "Un jour viendra où cet ennemi, grâce à notre action, perdra pied et sera éliminé. C'est pour ça que c'est une guerre longue", indique-t-il

Manuel Valls désigne clairement l'Etat islamique (EI) - un "proto-Etat incomplet avec une armée de terroristes" - comme l'ennemi à combattre, y compris sur le front intérieur.

"Nous n'avons jamais été confronté à un tel terrorisme: la radicalisation de plusieurs milliers d'individus, 700 français ou résidents encore présents au Levant, 191 décédés en Irak ou Syrie et plusieurs centaines qui veulent revenir ou sont en transit", déclare-t-il.

"C'est pour ça qu'il faut être intraitable sur tous les signes de cet islamisme politique, radical, dévoyé, en s'appuyant sur le maillage psychiatrique, l'expulsion des prêcheurs de haine, la lutte contre la guerre idéologique de propagande sur internet", ajoute-t-il.

Il précise ainsi que 82 imans ont été à ce jour expulsés de France pour avoir tenu un "discours de haine tombant sous le coup de la loi".

Manuel Valls, qui fera sa rentrée politique le 29 août à Colomiers, se dit "frappé par la dérive populiste " de ceux qui "courent derrière l'extrême droite".

"Je pense que l'unité - mais pas l'unité du Parti socialiste ou de la gauche - l'unité du pays s'impose plus que tout. Ce sera le sens de cette rentrée", a-t-il conclu. 

(Jean-François Rosnoblet, édité par Myriam Rivet)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ZvR le jeudi 18 aout 2016 à 02:03

    le terrorisme est une des conséquences largement anticipée de la politique remplacement démographique menée depuis 50 ans. malgré les beaux discours démagogiques et le brassage de vent médiatique pour calmer le sans dents, la situation va continuer d'empirer.

  • m1234592 le jeudi 18 aout 2016 à 01:03

    Qd on gouverne avec de l'angélisme on va à la mort! Mais bon le petit excité préoare sa candidature à la présidence ...

  • M8589793 le mercredi 17 aout 2016 à 19:16

    Bien placé le Vals, il s'était fait tirer dessus lors de sa visite à la Castellane. Bel exemple du vivre ensemble. Les français vont ils encore longtemps tolérer ces clowneries tragiques.

  • M1945416 le mercredi 17 aout 2016 à 17:19

    pas un politiciens pour remettre en cause : le droit du sol, leurs politique d'asile , de regroupement familiale d'immigration de population d'origine de moeurs incompatible à notre pays … il va falloir combien de morts encore ? combien de perte de libertés individuel ?? les politiciens qu'on a depuis des décennies sont les responsables de ces désastres prévisibles , suffit d'allez dans nos zones urbaines

  • tttt9 le mercredi 17 aout 2016 à 16:27

    Il faut aussi le plein-emploi en France.

  • 2445joye le mercredi 17 aout 2016 à 15:36

    "Chaque Français doit être un acteur de la sécurité nationale". Très bien, mais pout cela encore faudrait-il que nous soyons autorisés à porter des armes. D'autant que le mode opératoire des terroristes, qui agissent souvent isolément et avec des moyens de fortune, se prête à une riposte citoyenne.

  • JODHY le mercredi 17 aout 2016 à 11:29

    c'est trop tard le mal est fait, maintenant il faudra le combattre sans états d'âmes

  • M5213263 le mercredi 17 aout 2016 à 11:12

    Glaty il me semble que le Reich procédait en ce sens lorsqu'un certain Adolphe à voulu envahir plusieurs pays et exterminer une certaine caste... De plus ces gens n'ont pas de biens propre puisque souvent au RSA et autres aides généreusement versées grâce à nos impôts et cotisations sociales...

  • SuRaCtA le mercredi 17 aout 2016 à 11:02

    bigot8 le problème n'est pas l'ingénieur africain qui par ses éduitde trouverw du travail, apportera sa valeur ajouté à notre économie, contribura à la richesse nationale et parviendra avec plus ou moins de difficult et de temps à s'integrer, le problème c'est la masse d'imigré non ou sous-qualifié qui arrive chez nous, qui ne peuvent pas trouver de travail, remplissent les guetos, coutent cher à la collectivité... Il est fégitime qu'un pays choissisent les profils dont ils a besoin !

  • bigot8 le mercredi 17 aout 2016 à 10:44

    CAF + rapprochement familial + droit du sol + AME = 6 au loto pour un africain qui chez lui comme ingenieur gagne 300 euros max