Valls : "On veut me faire mettre un genou à terre..."

le
1
Manuel Valls en meeting.
Manuel Valls en meeting.

Manuel Valls s'exprime depuis deux minutes à peine vendredi soir quand une personne, puis deux, puis trois, installées au plus haut balcon du Trianon, se lèvent et protestent, crient contre le 49.3, entre autres. Elles sont évacuées de la salle de théâtre parisienne où l'ancien Premier ministre tient son meeting, les unes après les autres. Une ou deux autres réitéreront des contestations au cours du discours. Sur scène, Manuel Valls, qui vit une campagne difficile ? un jour il se fait enfariner à Strasbourg, un autre un jeune tente de le gifler à Lamballe ?, ne s'arrête pas de parler et parvient même à dire « son plaisir d'être là ». « On veut me faire mettre un genou à terre dans cette campagne, moi je suis debout », s'enflamme-t-il. « La démocratie, ça n'est en rien empêcher les uns et les autres de s'exprimer et rien n'arrête le peuple. » En conclusion, il insistera : « On voudrait me faire mettre un genou à terre, ce serait mettre la gauche à terre. »

L'ancien Premier ministre n'est jamais parvenu à creuser la distance avec ses concurrents au cours de cette campagne éclair, et un suspense total plane sur le résultat du premier tour dimanche. Benoît Hamon et Arnaud Montebourg le talonnent dans toutes les études d'opinion, voire parfois le dépassent. Aucun des trois débats télévisés n'a permis de dégager une finale évidente.

« L'enjeu de cette primaire, c'est bien sûr l'espoir »

...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • aerosp il y a 10 mois

    donner le pouvoir à se minus s'est se faire abuser car c'est un usurpateur