Valls met en garde le PS : «La gauche peut mourir»

le
9
Valls met en garde le PS : «La gauche peut mourir»
Valls met en garde le PS : «La gauche peut mourir»

Dramatiser pour remobiliser. Devant le conseil national d'un Parti socialiste divisé sur la politique menée par son gouvernement, Manuel Valls a mis en garde contre «le risque de voir Marine Le Pen au second tour de l'élection présidentielle de 2017». «Notre pays peut se défaire et se donner à Marine Le Pen», a lancé le Premier ministre.

Selon le chef du gouvernement, la France pourrait basculer dans «une ère dans laquelle un des grands partis républicains et cette fois sans que cela soit une surprise... peut être absent de ce grand rendez-vous électoral». «Et si rien n'est fait, ce peut être la droite, ce peut être nous, par conséquent une ère dans laquelle la gauche peut aussi disparaître», s'est-il inquiété.

«Oui la gauche peut mourir», a-t-il renchéri, alors que le parti majoritaire a essuyé, coup sur coup en mars et en mai, deux claques électorales historiques. Aux municipales, tout d'abord, au cours desquelles le PS a perdu 155 villes de plus de 9 000 habitants. Aux européennes, surtout, qui a vu le FN arriver en tête d'une élection nationale pour la première fois de la Ve République.

VIDEO. Manuel Valls : «La gauche peut disparaître»

«La gauche n'a jamais été aussi faible»

«Nous sentons bien que nous sommes arrivés au bout de quelque chose, au bout peut-être même d'un cycle historique pour notre parti», a-t-il analysé, finissant par lâcher : «La gauche n'a jamais été aussi faible dans l'histoire de la Ve République.» Un message qui sonne comme un rappel des troupes, alors qu'un vent de fronde souffle dans les rangs de la majorité. 

Face à une aile gauche qui n'hésite pas à remettre publiquement en cause la politique conduite par l'exécutif, Manuel Valls a prévenu : il n'existe «pas d'alternative à gauche». «La radicalité en interne ou dans la société mène à une impasse. C'est le réformisme qui est en jeu», a-t-il encore lâché.

Défendant dans ce même ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • j.delan le samedi 14 juin 2014 à 19:54

    Comment cette gauche peut-elle être forte avec les dirigeants qu'elle s'est donnée, dirigeants qui sont l'expression des militants à qui on a raconté des bobars depuis des lustres, mais aujourd'hui certains des militants ont compris (ENFIN !)

  • frk987 le samedi 14 juin 2014 à 17:37

    Que souhaiter de mieux que la mort de la gauche !!!! Doctrine du XIX eme siècle ne s'appliquant certainement plus du tout au monde moderne mondialisé. Que certains soient des nostalgiques, je le comprends, mais les plaisanteries les plus courtes sont les meilleures.

  • LeRaleur le samedi 14 juin 2014 à 17:29

    Elle est déjà morte, et le sera encore de +en+.

  • dhote le samedi 14 juin 2014 à 17:11

    Si vous aviez eu le courage de réformer au lieu de détricoter systématiquement ce qu'a fait Sarkozy vous n'en seriez pas là, vous récoltez ce que vous avez semé.

  • M8252219 le samedi 14 juin 2014 à 16:36

    PAIX À SON ÂME

  • M8252219 le samedi 14 juin 2014 à 16:30

    Lorsque l'on se prend pour une nouvelle religion avec des leçons de morale à tout bout de champc'est normal de disparaître.Quand les clercs sont nuls et se goinfre le peuple s'en détourne

  • M8252219 le samedi 14 juin 2014 à 16:27

    Pour ce qu'il a fait de la France en 2 ans c'est tout à fait normal. borné, sourd, aveugle et dogmatique

  • fbordach le samedi 14 juin 2014 à 16:10

    C'est bien ce que veulent les socialopithèques, Marine est leur meilleure candidate pour rester au pouvoir. Et si au second tour les français votaient FN...

  • FullOil le samedi 14 juin 2014 à 14:30

    un des grands partis républicains mon oeil manu ton parti est anti républicains, toujours à faire la morale aux autres,mais il ferait mieux de se l'appliquer.