Valls inaugure le futur parc Villages nature, lié à Eurodisney

le
2

VILLENEUVE-LE-COMTE, Seine-et-Marne, 11 décembre (Reuters) - L e Premier ministre, Manuel Valls, a posé jeudi la première pierre du complexe Villages Nature, futur parc touristique dédié à la découverte de la nature situé non loin d'Eurodisney, à l'est de Paris. Vingt-trois ans après Eurodisney, ce "chantier vert" permettra d'allier "économie et écologie", a-t-il déclaré. "Ce projet compte pour la Seine-et-Marne, pour la région et pour la France", a-t-il ajouté. "Si nous sommes une grande destination touristique, nous savons que la concurrence est particulièrement rude". Le Premier ministre a rappelé à cet égard son soutien à l'idée controversée d'étendre l'ouverture des commerce le dimanche, qui n'est selon lui "pas un problème de civilisation mais un problème pragmatique". Porté par Eurodisney EDLP.PA en partenariat avec Pierre&Vacances-Centerparcs PVAC.PA , le projet devrait proposer aux touristes un millier de cottages et un "aqualagon" où se baigner en toutes saisons. Il devrait créer 1.500 emplois direct à l'ouverture du site, prévue en juillet 2016, et 4.500 à terme, vers 2020. Manuel Valls a promis de venir l'inaugurer, se disant certain d'être "toujours Premier ministre" à cette date. Le projet de 700 millions d'euros se veut respectueux des normes environnementales et exemplaire en matière de tourisme durable, grâce notamment à l'utilisation de l'énergie géothermique. Jean-Paul Huchon, le président de la région Ile-de-France, qui y a investi plus de quatre millions d'euros, a salué un projet "bon pour l'emploi, bon pour l'environnement, bon pour l'égalité des territoires". Des associations locales et Europe Ecologie-Les Verts ont en revanche émis des réserves, qualifiant de "grand projet inutile" le futur site, construit en partie sur des terres cultivées. A Villeneuve-le-Comte, le député UMP Christian Jacob a demandé au Premier ministre de s'assurer que les pouvoirs publics protégeraient le chantier contre d'éventuels opposants, en référence aux récentes levées de boucliers contre le projet de barrage à Sivens (Tarn) et d'aéroport à Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). "Il n'est pas acceptable que des projet soient pris en otage", a dit Manuel Valls. (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)


Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • coco123 le jeudi 11 déc 2014 à 18:02

    ils paieront leurs impots en france et non pas au luxembourg comme E D L OU ONT ILS une dérogation pour décentraliser au luxembourg leur siége ....beau pays pour en cu ler l europe

  • benoitdh le jeudi 11 déc 2014 à 17:43

    Un flop pour les investisseurs privés!