Valls II - Olivier Besancenot : "La finance a son gouvernement"

le
0
Olivier Besancenot manifeste en juin 2013 contre la conférence sociale organisée par le gouvernement.
Olivier Besancenot manifeste en juin 2013 contre la conférence sociale organisée par le gouvernement.

LCI : Au ministère de l'Économie, on passe d'Arnaud Montebourg à Emmanuel Macron, ancien banquier de chez Rothschild...

Olivier Besancenot : Ouais, comme ça, c'est propre, c'est net, c'est assumé, c'est affiché ! Le grand discours de Hollande au Bourget, "la finance n'a pas de visage, n'a pas de parti", eh bien, non, elle a un gouvernement maintenant ! Et puis, elle a un ministre de l'Économie qui incarne la ligne libérale du gouvernement. C'est à croire qu'ils font un concours pour savoir comment se cartonner encore plus vite contre un mur ! Avec Macron, là, c'est quand même extraordinaire, la boucle est bouclée ! Ce n'est pas Montebourg, ce n'est pas Hamon qui quittent le gouvernement. Ils se font virer pour avoir un gouvernement chimiquement pur ! Et donc, maintenant, il faut passer des paroles aux actes ! Il y a un budget qui va faire passer un pacte de responsabilité, on va donner 40 milliards d'argent public à ceux qui se goinfrent de dividendes, il faut organiser une grande manifestation pour faire tomber ce budget !

Grande manifestation, dites-vous, de la gauche qui s'oppose à la politique du gouvernement. Mais cette gauche, assez nombreuse dans l'opposition, rose, rouge, verte, est éparpillée façon puzzle !

Le problème, c'est toujours le même, c'est le jeu d'alliances de certains de la gauche radicale avec le Parti socialiste ! S'il y en a dans la gauche radicale qui n'ont toujours pas compris que le PS mène la politique...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant