Valls II : l'UMP exige un vote de confiance mais redoute la dissolution

le
8
Valls II : l'UMP exige un vote de confiance mais redoute la dissolution
Valls II : l'UMP exige un vote de confiance mais redoute la dissolution

Si Manuel Valls «ne doute pas du soutien de sa majorité» et ne pense pas un seul instant à une «dissolution», la question a été singulièrement soulevée ce mercredi par l'UMP. Le Premier ministre a annoncé mardi qu'il soumettrait son nouveau gouvernement à un vote de confiance «sur un programme de travail» à l'Assemblée «en septembre ou en octobre».

Mercredi soir, l'UMP a demandé au chef de gouvernement d'engager «en urgence sa responsabilité dès la session extraordinaire» qui débute le mardi 9 septembre. L'opposition ne souhaite des législatives anticipées, le parti fait savoir qu'il refusera toute cohabitation mais demandera une autre élection présidentielle si la confiance est refusée au deuxième gouvernement Valls.

Auparavant Alain Juppé et François Fillon avaient déjà marqué leur peu d'appétence pour une dissolution.  Quant au président du MoDem, François Bayrou, il estime que «la dissolution c'est la sortie de crise que prévoit nos institutions». Seul, le Front national la réclame inlassablement.

Alain Juppé (UMP) n'est pas favorable à la dissolution et n'y croit guère. Alors qu'à à l'université d'été du Medef à Jouy-en-Josas, on lui demandait s'il serait prêt à relever le gant en cas de dissolution et de victoire de l'UMP à des législatives anticipées, le maire de Bordeaux a répondu : «Ça ne me séduit pas vraiment beaucoup de me lancer dans ce genre de cohabitation.» La dissolution est une forme de crise politique, je ne suis pas sûr que nous ayons besoin de cela dans la situation du pays», a poursuivi le candidat à la primaire UMP qui entend se maintenir même si Sarkozy était en lice. Avant de sourire: «Le personnel parlementaire, je le connais un peu (...). Il n'a pas de propension au suicide individuel et collectif.»

VIDEO. Juppé : «Toute cohabitation» serait «détestable»

François Fillon dit «non à une cohabitation. L'ancien Premier ministre candidat à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4189758 le jeudi 28 aout 2014 à 09:13

    JPi - Je n'aime pas la presse d'aujourd'hui. L'UMP craint la dissolution ? Mais non! En cas de dissolution ce qu'il craint c 'est d'être battu aux élections tout comme le PS. Il n'y aura pas de dissolution: ni le PS, ni l'UMP n'y ont de l'avenir. C'était un flash info!

  • M4189758 le jeudi 28 aout 2014 à 09:10

    JPi - L'Ultra Mauvais Parti est encore là et reste toujours le même. Pas capable de constater un changement dans la conduite de la France. Changement qu'il ne peut pas cautionner puisque c'est la poli tique qu'il aurait du mener quand il était au pouvoir et qu'il a été 'incapable' de conduire. Ultra, Mauvais et bientôt Parti.

  • M7034327 le jeudi 28 aout 2014 à 08:18

    en théorie...

  • jeepinv le jeudi 28 aout 2014 à 08:10

    Les faux durs de l'UMP:"Retenez moi ou je fais un malheur!"

  • frk987 le jeudi 28 aout 2014 à 07:56

    suite : Cela s'appelle le gouvernement par ordonnances, lisez la constitution........

  • frk987 le jeudi 28 aout 2014 à 07:55

    Mais non M7034327, l'article 49-3 permet à un gouvernement quelconque de légiférer tant que ça lui chante sans l'approbation du parlement. En théorie, un gvt peut faire tout ce qu'il veut pendant 5 ans sans jamais consulter l'AN.

  • M7034327 le jeudi 28 aout 2014 à 07:52

    C'est quand même paradoxal et contredictoire. Ils ne doutent pas de leur majorité mais refusent la dissolution et des législatives anticipées. Enfin bon, le gouvernement ne passera pas l'automne de toute façon, car les lois faudra bien les voter...

  • frk987 le jeudi 28 aout 2014 à 07:42

    Si l'UMP dit clairement qu'elle refusera la cohabitation, la dissolution tombe d'elle même. Restera la démission pour FH. C'est la seule formule possible, s'accrocher comme il le fait c'est absurde. Maintenant, s'il veut profiter de son impopularité pour faire toutes les réformes impopulaires, c'est le moment ou jamais. Mais même ça, c'est inconcevable pour son esprit.