Valls fait la paix avec Taubira sur la réforme pénale

le
3
MANUEL VALLS ENTERRE LA HACHE DE GUERRE AVEC CHRISTIANE TAUBIRA
MANUEL VALLS ENTERRE LA HACHE DE GUERRE AVEC CHRISTIANE TAUBIRA

PARIS (Reuters) - La ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, a enterré samedi la hache de guerre avec sa collègue de la Justice, Christiane Taubira, avec qui il s'est opposé cet été sur le projet de réforme pénale.

Beaucoup d'applaudissements, mais aussi quelques sifflets, ont accueilli le discours du locataire de la place Beauvau à l'université d'été du Parti socialiste à La Rochelle (Charente-Maritime).

"J'ai le libre choix de mes ennemis, eh bien Christiane Taubira est une amie, une ministre dont chacun de vous connaît les qualités", a-t-il déclaré devant des centaines militants réunis pour un atelier intitulé "Faire gagner la démocratie contre l'extrême droite".

"La justice et l'intérieur sont l'autorité, une valeur qui a trop d'importance pour être sacrifiée sur l'autel des ego", a-t-il considéré.

"Nous voulons la même chose : réformer la loi pénale, mener une politique de sécurité qui soit juste et efficace", a-t-il aussi assuré. "Nous la portons ensemble".

Dans un courrier au président François Hollande révélé mi-août par Le Monde, Manuel Valls avait fait état de vifs désaccords avec le texte porté par la ministre de la Justice et s'interrogeait sur "la soutenabilité politique" du projet imposant le développement de peines alternatives.

Très présent sur le terrain tout l'été, le ministre de l'Intérieur a été critiqué par les Verts et l'extrême gauche sur son discours sécuritaire que certains ont jugé trop à droite.

En réponse à l'une de ces critiques, Manuel Valls a affirmé que l'islam était compatible avec la démocratie mais que la France ne devait pas céder sur ses valeurs, la laïcité notamment.

"Oui, l'islam est compatible avec la démocratie", a-t-il dit.

"Et pour cela nous devons mener un combat de tous les instants, et je le dis à tous nos compatriotes et nos concitoyens de confession et culture musulmane : quand on s'attaque à une mosquée, un cimetière, une femme dans la rue, on s'attaque à la République et à la France."

"L'Etat doit être impitoyable, a-t-il poursuivi, invitant le PS à être "intransigeant" sur les valeurs et des principes comme la laïcité, l'égalité et la démocratie.

"Ce sont eux qui nous le demandent", a ajouté l'ancien maire d'Evry, ville populaire de la banlieue parisienne.

Elizabeth Pineau, édité par Marine Pennetier

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M9095115 le samedi 24 aout 2013 à 22:40

    Le Valls est maintenant d'accord avec la Taupe sur le dos des Français.Un jour pas d'accord et l'autre d'accord.Voila la politique PS pour garder sa petite place bien payée.Tous les mêmes

  • lilian92 le samedi 24 aout 2013 à 15:50

    N'importe quoi !Le maire de Paris a envoyé 500 MALIENS dans la ville de LAVAL en Mayenne, avec l'accord de son copain PS maire de LAVAL. Qui va entretenir ces personnes ? les contribuables évidemment !

  • Gary.83 le samedi 24 aout 2013 à 14:04

    "Oui, l'islam est compatible avec la démocratie", a-t-il dit ! ah oui et ou ça ? pov rigolo t'as avalé ton beret basque !!!