Valls et Montebourg veulent rester dans le jeu

le
0
Outsiders de la primaire PS, leurs positions seront difficiles à concilier lorsqu'il faudra se rassembler derrière le vainqueur de la primaire.

I l n'y a pas plus différents qu'eux. Dans la campagne de la primaire, Manuel Valls et Arnaud Montebourg défendent deux projets diamétralement opposés. Le premier se veut le plus rigoureux des rigoureux pour lutter contre les déficits. Le second défend la démondialisation et promet, dans l'hypothèse où il serait élu, de faire plier les banques.

Après une semaine de campagne qui l'a mené - en caravane - de Frangy-en-Bresse à La Rochelle en passant par Oradour-sur-Glane ou Jarnac, Arnaud Montebourg est arrivé vendredi à l'université d'été. Il entend se démarquer de ses adversaires, présentés comme des apôtres de la seule gestion. «Je n'approuve pas le concours de plan d'austérité que la gauche voudrait faire avec la droite», insiste-t-il. «Il est hors de question que les contribuables paient les pots cassés.»

Gérer le rapprochement

C'est à peu près ce que prévoit Manuel Valls, au nom du discours de vérité. Pour lui, la gauche doit assumer le fait qu...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant