Valls et Aubry atteignent un point de non-retour sur le dos de Hollande

le
0
Martine Aubry et Manuel Valls, ces deux-là sont comme l'eau et le feu depuis longtemps. 
Martine Aubry et Manuel Valls, ces deux-là sont comme l'eau et le feu depuis longtemps. 

Ce n'est pas la première fois, loin de là, que l'orage couve entre Martine Aubry et Manuel Valls. Ce n'est même pas la première fois qu'il éclate. En 2008, la première, alors patronne du PS, avait sommé le second de quitter le parti, lassée de ses provocations. Mais cette fois, ces deux-là, et leurs soutiens avec, semblent avoir atteint un point de non-retour. Valls a lancé les hostilités le 16 février, lors d'un meeting à Corbeil-Essonnes, estimant qu'il existait désormais deux gauches "irréconciliables". Il a enfoncé le clou mercredi en précisant qu'il y avait celle "du XIXe siècle", la gauche de la gauche en somme, qui s'oppose à son projet progressiste, et celle du "XXIe siècle", la sienne, qui veut déverrouiller les blocages du pays.

Entre-temps, Martine Aubry est sortie de sa retraite lilloise pour fustiger, dans une tribune au Monde intitulée "Trop, c'est trop !", la politique économique du pouvoir depuis deux ans, depuis que Manuel Valls est à Matignon. "Elle fait une tribune d'une violence inouïe, elle utilise les mots de l'adversaire, mais elle propose quoi ? Elle dit quoi ? Quel est son objectif ? Je ne comprends pas? On est plus dans la psychologie que dans la politique", s'est énervé le député de l'Essonne et proche de Manuel Valls Carlos Da Silva à la lecture du texte.

Valls-Aubry : la guerre est déclarée

"Ce qui...

Lire la suite sur Le Point.frLire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant