Valls envoie des renforts à Marseille pour rassurer la population

le
1

Le ministre de l'Intérieur Manuel Valls a annoncé jeudi sur RTL qu'il envoyait des renforts ponctuels de police et de gendarmerie "dans les prochaines heures" à Marseille, "pour rassurer" la population après un nouveau règlement de comptes qui a fait deux morts la veille.

"J'ai décidé pour les prochaines semaines d'envoyer dès les prochaines heures deux compagnies républicaines de sécurité et deux escadrons de gendarmes mobiles", soit quelque 240 hommes, pour "occuper le terrain" et "rassurer les Marseillais", a-t-il dit.

Ces renforts viendront "appuyer l'action des services, notamment en matière de présence sur le terrain", selon un communiqué de l'Intérieur.

"Marseille est malade de cette violence", a encore expliqué le ministre, tout en estimant qu'il y avait "assez d'effectifs" de police et gendarmerie sur place.

"J'ai toujours dit que cela mettrait du temps", a insisté le ministre, rappelant qu'un "plan global avec beaucoup de moyens" avait été engagé, avec déjà sur le terrain "230 policiers et gendarmes", et "une nouvelle stratégie d'occupation du terrain, avec des résultats, notamment des filières qui tombent, des trafics d'armes et de drogue qui sont démantelés".

"Le gouvernement depuis le début a pris la mesure de ce dossier", a-t-il ajouté.

"Nous avons déjà beaucoup de résultats mais il faut des enquêtes approfondies pour démanteler ce trafic de drogue qui gangrène la société", a-t-il insisté.

Quelques heures plus tard, le préfet de police des Bouches-du-Rhône, Jean-Paul Bonnetain a indiqué que les renforts annoncés allaient être déployés dans l'après-midi.

"Dès l'après-midi (de jeudi), les gendarmes vont être déployés dans les cités dans le cadre des opérations que nous menons qui conjuguent interpellation, dissuasion et amélioration du cadre de vie", a déclaré M. Bonnetain lors d'un point presse faisant suite à l'annonce ministérielle.

"Les CRS qui arrivent seront dès ce (jeudi) soir sur le terrain", a-t-il ajouté.

Au total, deux escadrons de gendarme mobile (128 personnes) en provenance de Nîmes et Antibes et deux compagnies de CRS (180 personnes) en provenance du Havre et Grenoble sont attendus, a-t-il précisé.

Deux jeunes ont été tués et un troisième grièvement blessé mercredi en plein jour et au coeur d'une cité du nord de Marseille, dans le troisième règlement de comptes en moins de quinze jours dans la ville.

Deux personnes, connues des services de police, ont été hospitalisées et placées en garde à vue après avoir été blessées par balles mardi soir à Marseille. Selon les premiers éléments de l'enquête, trois coups de feu ont été tirés lors d'une discussion qui a dégénéré dans le quartier Félix Pyat (3e arrondissement). L'une des victimes a été touchée à l'épaule et l'autre à la fesse, leurs jours ne sont pas en danger.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • yvonnet2 le jeudi 14 mar 2013 à 17:00

    bravo !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!