Valls en Israël pour faire avancer l'idée d'une conférence de paix

le
0
    * Le Premier ministre français veut rassurer les Israéliens 
    * Première conférence à Paris le 3 juin 
 
    PARIS, 20 mai (Reuters) - Le Premier ministre Manuel Valls 
se rendra en Israël et dans les territoires palestiniens de 
samedi à mardi pour faire avancer l'idée française d'une 
conférence de paix, pour l'instant rejetée par les autorités 
israéliennes. 
    Il n'espère pas faire changer d'avis son homologue Benjamin 
Netanyahu par cette simple visite mais contribuer à convaincre 
les Israéliens que ce projet n'est pas dirigé contre eux. 
    Israël redoute qu'un tel forum international cherche à 
dicter les termes d'un accord de paix visant à l'établissement 
d'un Etat palestinien et lui préfère des négociations directes 
avec les Palestiniens. 
    La France a annoncé jeudi qu'une première conférence se 
tiendrait le 3 juin, sans les Israéliens ni les Palestiniens. 
    L'objectif est de réaffirmer les principes d'un accord, aux 
premiers rangs desquels la création d'un Etat palestinien, le 
problème des colonies, les mesures garantissant la sécurité 
d'Israël et les frontières, explique un diplomate français, puis 
d'organiser une autre conférence à l'automne, cette fois avec 
les principaux intéressés. 
    "Ça ne pourra marcher à l'automne, évidemment, que si les 
Israéliens et les Palestiniens sont dans le jeu", explique ce 
diplomate. 
    "Une fois la réunion ministérielle passée, au mois de juin, 
il faudra faire tout un travail de conviction", poursuit-il. "Il 
faudra essayer de convaincre les Israéliens que cette initiative 
n'est pas contre eux mais dans leur intérêt." 
    Les pourparlers israélo-palestiniens sont au point mort 
depuis l'échec de la relance des efforts de paix par les 
Etats-Unis en 2014. 
         
    HOMMAGE AUX VICTIMES D'ATTENTATS EN FRANCE 
    Lors de la visite en Israël du ministre français des 
Affaires étrangères, Jean-Marc Ayrault, le week-end dernier, 
Benjamin Netanyahu a répété son opposition au projet français. 
  
    Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, a assuré qu'il 
travaillerait avec les Français, les Egyptiens et la communauté 
arabe "afin de voir s'il est possible de trouver une voie 
permettant aux parties de revenir à la table". 
    La signature par la France d'une résolution de l'Unesco sur 
les questions patrimoniales à Jérusalem complique la tâche de la 
diplomatie française, accusée en Israël et par une partie de la 
communauté juive de France d'avoir participé à une négation de 
l'histoire juive dans la ville. 
    François Hollande et Manuel Valls ont dit regretter la 
signature par la France de cette résolution. 
    Après ses rencontres avec les responsables israéliens, le 
Premier ministre français se rendra dans les territoires 
palestiniens, à Bethléem et Ramallah, et rencontrera le Premier 
ministre palestinien, Rami Hamdallah.  
    Il ne verra pas le président palestinien, Mahmoud Abbas, 
retenu à Istanbul (Turquie) pour un sommet et qu'il a vu à Paris 
il y a quelques semaines. 
    Manuel Valls se recueillera lundi matin à Jérusalem sur les 
tombes de victimes de l'attentat du supermarché Hypercacher l'an 
dernier en France, sur celle d'Ilan Halimi, jeune juif séquestré 
et torturé à mort en 2006, et sur celles de victimes des 
assassinats commis par Mohamed Merah en 2012.      
 
 (Jean-Baptiste Vey, édité par Yves Clarisse) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant