Valls : «Confiance critique, conditionnelle, vigilante» des écologistes

le
0
Valls : «Confiance critique, conditionnelle, vigilante» des écologistes
Valls : «Confiance critique, conditionnelle, vigilante» des écologistes

A peine le vote sur la confiance au gouvernement Valls achevé, les réactions politiques -dans la majorité comme dans l'opposition- et de la société civile ont fusé. Tour d'horizon des déclarations des hommes et femmes politiques et des acteurs socio-économiques.

Pour Emmanuelle Cosse, Europe Ecologie-Les Verts (EELV) n'est pas dans la «logique de la terre brûlée». En marge du meeting de lancement de la campagne d'EELV pour les européennes, la secrétaire nationale d'EELV a soutenu la position du président de groupe à l'Assemblée nationale François de Rugy en faveur d'une «confiance critique, conditionnelle, vigilante» à l'égard du nouveau gouvernement.

«C'est comme cela qu'on peut sortir du débat stérile entre pour et contre, les Français veulent que les choses avancent, que ce pays soit réformé, qu'on apporte des solutions. On manifeste ce qui ne nous va pas, mais on n'est pas dans une logique de la terre brûlée où on se désintéresserait de ce qui va se passer dans les mois qui viennent», a-t-elle déclaré. «Même en n'entrant pas au gouvernement, nous sommes dans la majorité présidentielle», a-t-elle dit pour expliquer la décision de la plupart des députés écologistes d'approuver la déclaration de politique générale de Manuel Valls.

Jean-Luc Mélenchon, coprésident du Parti de gauche, a qualifié de «stupide», en Gironde, la suppression des cotisations patronales à l'Urssaf pour les employés payés au Smic annoncée par Manuel Valls et dénoncé «une guirlande de bonnes paroles». «C'est stupide et ruineux parce que les cotisations sociales lorsqu'elles ne sont pas versées doivent être intégralement compensées par le budget de l'Etat. Ce qui ne sera pas payé par les cotisations devra l'être par les contributions de l'impôt», a-t-il réagi. Il a aussi jugé que le discours de Manuel Valls, dont il avait connaissance d'extraits, avait «beaucoup d'accents sarkoziens», notamment sur la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant