Valls à Berlin : le remboursement, c'est maintenant ?

le
5
Valls à Berlin : le remboursement, c'est maintenant ?
Valls à Berlin : le remboursement, c'est maintenant ?

Manuel Valls aime faire la une, mais cette fois il s'en serait bien passé. Mardi soir, en quittant les poids lourds de la majorité qui dînaient comme chaque semaine à l'Elysée, le Premier ministre avait l'air, selon l'expression d'un participant, « emmerdé ». A cette heure-là, il sait déjà que tous les journaux du lendemain l'étrillent sur son aller-retour Poitiers-Berlin en Falcon gouvernemental pour assister, avec deux de ses enfants, à la finale de la Ligue des champions. Et la polémique n'est pas terminée...

Très porté sur les sondages, Valls épluchera sa prochaine cote de popularité pour évaluer les dégâts. Cependant, d'ores et déjà, une première enquête ne laisse rien augurer de bon pour lui : selon un sondage de l'institut Elabe pour BFMTV, 77% des Français se disent choqués par le déplacement à Berlin dans un avion de la République. Et de tous bords : 62 % des sympathisants de gauche s'estiment choqués, et ils sont même 85 % à droite ! Certes, cet aller-retour n'a rien d'illégal. Toutefois, le symbole passe mal en cette période de crise. « Quand les Français souffrent, il n'est pas possible pour un élu de prendre du plaisir, c'est tout de suite condamné », relève le député PS de l'Ardèche Pascal Terrasse.

Sur le terrain, les élus ressentent les premiers effets. Comme cette parlementaire socialiste revenant de sa circonscription lundi et décrivant l'ambiance dans son avion de ligne. « Les passagers ne parlaient que de ça ; tout remonte, les chauffeurs de fonction, les privilèges... Tout se mélange et c'est dévastateur », raconte-t-elle, confiant s'être faite toute petite. « Chez moi, ça anime les discussions de comptoir », soupire un député PS.

Le dos rond à Matignon

A Matignon, on fait le dos rond dans l'espoir que l'orage passe. Pourtant, à gauche, des voix commencent à déconseiller cette méthode au Premier ministre. « Si on essaye de laisser pourrir pour faire en sorte ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bernm le jeudi 11 juin 2015 à 09:17

    Ces gars oublient qu'ils sont des employes de l'Etat et non que les ressources de l'Etat sont pour leur bon plaisir.

  • M6210626 le jeudi 11 juin 2015 à 09:11

    Question : combien aurait économisé le contribuable si les enfants Valls n'avaient pas été dans l'avion du GLAM ? Zéro. Cette polémique est lamentable. Au fait combien a coûté la visite privée à Lascaux (la grotte originelle, pas le fac-similé) des Sarkosy le 12/09/2010 ? Avion du GLAM, là encore et caserne de CRS pour "sécuriser" la forêt entourant l'aéroport de Brive la Gaillarde ? Remboursez, là aussi !

  • pichou59 le jeudi 11 juin 2015 à 08:18

    combien de politiques mélangent souvent les genres , droite et gauche - il faut suivre la proposition de Besansno :BFM limitation des mandant cumuls.......

  • but123 le jeudi 11 juin 2015 à 08:01

    il faut revoir l'ensemble de l'organisation, est ce normal d'affréter systématiquement un avion au 1er ministre? Faut il payer une escorte policière et des voitures aux ex présidents? Des questions il y en a plein

  • JODHY le jeudi 11 juin 2015 à 07:50

    De Gaule payait ses timbres