Vallourec va lever 1 md et réduit la voilure, l'Etat en soutien

le , mis à jour à 11:07
2
    * L'Etat et le japonais NSSMC vont monter à 15% du capital 
chacun 
    * 445 mlns à lever sur le marché 
    * Réorganisation des activités en Europe, au Brésil et en 
Chine 
    * 1.000 suppressions de plus en Europe, 500 au Brésil 
 
 (Actualisé avec suppressions de postes au Brésil et heure de 
reprise de cotation) 
    par Benjamin Mallet 
    PARIS, 31 janvier (Reuters) - Vallourec  VLLP.PA  a annoncé 
lundi une augmentation de capital d'un milliard d'euros, 
souscrite pour moitié au moins par l'Etat français et le 
japonais NSSMC  5401.T , ainsi qu'une vaste restructuration de 
ses activités qui le conduira à supprimer 1.000 postes de plus 
que prévu en Europe. 
    Le producteur de tubes sans soudure en acier, plombé par des 
marchés pétroliers et gaziers atones en raison de la chute des 
cours du brut, a également annoncé une réorganisation de ses 
activités au Brésil et en Chine et de nouveaux objectifs à 
l'horizon 2020. 
    La levée de fonds de Vallourec se traduira par une 
augmentation de la participation de Bpifrance et de NSSMC 
(Nippon Steel & Sumitomo Metal Corporation) à hauteur de 15% de 
son capital chacun, alors que l'Etat français et le groupe 
japonais détiennent respectivement 7,2% et 1,5% de la société 
selon les données Thomson Reuters. 
    Dans un scénario médian, l'opération se fera à travers une 
émission d'obligations remboursables en actions d'environ 490 
millions d'euros, avec une tranche principale à un prix de 11 
euros par action, et à travers une augmentation de capital 
d'environ 510 millions - dont 445 millions devront être levés 
sur le marché. 
    L'augmentation de capital, prévue pour le deuxième trimestre 
après un assemblée générale programmée le 6 avril, sera pilotée 
par les banques Goldman Sachs International et Société générale 
CIB.  
    Vallourec va en outre réorganiser sa présence industrielle 
en Europe en centralisant ses activités de laminage en Allemagne 
et en concentrant ses activités de finition en France. 
    Ce projet le conduira à fermer deux laminoirs dans le Nord 
et en Seine-Maritime (Saint-Saulve et Deville), une ligne de 
filetage (Mülheim en Allemagne) et une autre de traitement 
thermique (Bellshill en Ecosse), le groupe visant au total une 
réduction de 50% de ses capacités de production de tubes  
européennes d'ici 2017 par rapport au niveau de 2014 (contre une 
réduction d'un tiers prévue précédemment). 
    Vallourec, qui veut toujours céder une participation 
majoritaire dans l'aciérie de Saint-Saulve, vise 1.000 
suppressions de postes supplémentaires en Europe - en évitant au 
maximum les départs contraints - et 500 de plus au Brésil, alors 
que son plan d'économies Valens annoncé au printemps 2015, 
concernait au total 2.000 postes. 
    En France, les réductions d'effectifs portent sur 500 postes 
de plus que le chiffre de 900 annoncé précédemment (dont 350 à 
Saint-Saulve). 
     
    PAS DE DIVIDENDE POUR 2015 
    Vallourec a également engagé des négociations exclusives en 
vue de céder Vallourec Heat Exchanger Tubes, sa filiale 
spécialisée dans les tubes soudés en acier inoxydable et en 
titane avec des actifs en France, en Inde, aux Etats-Unis, en 
Chine et en Corée. 
    Au Brésil, le groupe compte rationaliser ses activités à 
travers la fusion de Vallourec & Sumitomo Tubos do Brasil et de 
Vallourec Tubos do Brasil en une nouvelle entité unique dont il 
détiendra 84,6% du capital. 
    En Chine, Vallourec a conclu un accord en vue d'acquérir 
Tianda Oil Pipe (TOP)  0839.HK , un producteur de tubes sans 
soudure chinois coté à la bourse de Hong Kong, pour un maximum 
de 175 millions de dollars. 
    L'ensemble des mesures annoncées lundi, qui seront pour 
l'essentiel mises en oeuvre d'ici fin 2017, doivent permettre au 
groupe de dégager environ 750 millions d'euros de résultat brut 
d'exploitation additionnel à compter de 2020, grâce en 
particulier à 400 millions d'économies prévues dans le cadre du 
nouveau plan de compétitivité. 
    Vallourec vise ainsi à horizon 2020, sur la base de volumes 
comparables à ceux de 2014, un résultat brut d'exploitation de 
1,2 à 1,4 milliard d'euros (contre un chiffre négatif attendu 
pour 2016) et un free cash flow normalisé de 500 à 600 millions 
(contre -600 millions prévus pour 2016).     
    La cotation de Vallourec avait été suspendue en fin 
d'après-midi sur une chute de 14,3%, en raison déjà 
d'informations sur un projet d'augmentation de capital. Sa 
reprise était prévue lundi à 12h00. 
    L'action a accusé une chute de 53% sur le seul mois de 
janvier, après un recul de 62% en 2015, ramenant la 
capitalisation du groupe à quelque 550 millions d'euros. 
    Le ministre de l'Economie Emmanuel Macron avait dit en 
décembre que des "efforts" seraient demandés aux actionnaires de 
Vallourec en matière de dividendes pour aider le groupe à faire 
face à la crise de ses marchés. 
    Le président du directoire Philippe Crouzet, dont le mandat 
a par ailleurs été renouvelé pour quatre ans, a déclaré lundi 
que le groupe ne verserait pas de dividende pour 2015 étant 
donné qu'il accusera une perte au titre de cet exercice. 
     
    Le communiqué : 
    http://bit.ly/2025q9K 
 
 (Avec Jean-Michel Bélot) 
 

Valeurs associées
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2061328 le lundi 1 fév 2016 à 12:37

    Et on garde le PDG pour 4 ans de plus - un p'ti coup de retro sur son récent parcours

  • M2061328 le lundi 1 fév 2016 à 12:36

    L'Etat en soutien, avec notre argent, dans cette société franco française quand même, et le résultat est plus de licenciements en France qu'au Brésil