Vallourec prévoit une année stable ou en croissance modérée

le
0
VALLOUREC ATTEND UNE ANNÉE STABLE OU EN CROISSANCE MODÉRÉE
VALLOUREC ATTEND UNE ANNÉE STABLE OU EN CROISSANCE MODÉRÉE

par Benjamin Mallet

PARIS (Reuters) - Vallourec a publié mercredi des résultats en nette hausse au titre de 2013, grâce à la vigueur de ses marchés pétrole et gaz, et a confirmé qu'il devrait bénéficier en 2014 de la baisse de ses investissements.

Le producteur de tubes sans soudure en acier a précisé dans un communiqué qu'il visait pour l'exercice en cours un chiffre d'affaires et un résultat brut d'exploitation (Ebitda) "stables ou en croissance modérée".

Il prévoit également de générer un cash-flow disponible positif en 2014, après -41 millions d'euros en 2013 et -328 millions en 2012, cet indicateur traduisant sa capacité d'autofinancement.

Vallourec, qui sort d'une importante phase d'investissements dans de nouvelles usines au Brésil et aux Etats-Unis, estime que ses dépenses en la matière devraient atteindre un maximum de 500 millions d'euros en 2014 et de 450 millions en moyenne par an à partir de 2015, contre 567 millions en 2013.

"Nous entrons dans un nouveau cycle (...), nous terminons quatre ans de surinvestissements qui étaient nécessaires", a résumé lors d'une conférence téléphonique Philippe Crouzet, le président du directoire.

Le groupe vise à nouveau pour 2014 une croissance des ventes de son activité Pétrole et gaz.

Il estime toutefois que son mix continuera à se détériorer aux Etats-Unis et confirme que la reprise de ses livraisons à Petrobras pour les champs pré-salifères brésiliens ne devrait pas intervenir avant le milieu de l'année.

Le renforcement de l'euro au cours des derniers mois, qui a eu un impact négatif sur les taux de couverture pour la majeure partie de ses livraisons prévues pour 2014 en provenance d'Europe, pourrait en outre continuer à peser sur sa performance.

POURSUITE DES ÉCONOMIES

Vallourec n'anticipe pas de changement de tendance sur le marché des centrales conventionnelles, alors que les ventes liées aux centrales nucléaires devraient bénéficier du report de certains projets de 2013 à 2014, et souligne que la visibilité pour son activité "Industrie et autres" reste très limitée.

Il indique également qu'il continuera d'adapter sa base de coûts en Europe et de compenser l'inflation sur ses coûts grâce à un programme d'économies.

Le groupe a enregistré au titre de 2013 un résultat net part du groupe de 262 millions d'euros (+18,6%), un Ebitda de 920 millions (+16,8%) et un chiffre d'affaires de 5.578 millions (+4,7%).

Sa marge RBE/chiffre d'affaires s'est ainsi établie à 16,5% contre 14,8% en 2012.

Selon le consensus Thomson Reuters I/B/E/S, les analystes attendaient en moyenne un résultat net de 251 millions d'euros, un RBE de 899 millions et un chiffre d'affaires de 5.432 millions, soit une marge de 16,6%.

Vallourec propose un dividende de 0,81 euro par action au titre de 2013 payable en numéraire ou en actions, en hausse de 17,4%, tandis que les analystes attendaient en moyenne 0,79 euro par action.

Sa dette nette s'élevait à 1.631 millions d'euros à fin 2013, un niveau quasiment stable par rapport à fin 2012.

Vallourec a également annoncé mercredi deux nouveaux contrats de services de cinq ans avec la compagnie pétrolière nationale brésilienne Petrobras.

Avant ces annonces, l'action Vallourec a clôturé sur un cours de 38,17 euros, accusant une baisse de 3,6% depuis le début de l'année, après une quasi-stabilité en 2013, pour une capitalisation proche de 4,9 milliards.

(Edité par Dominique Rodriguez)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant