Vallourec: porté par la décision de l'Opep.

le
0

(CercleFinance.com) - Etrillées par deux années d'or noir “bon marché”, les valeurs parapétrolières de la cote parisienne se sont offert hier, dans le sillage de la décision de l'Opep, un vigoureux rebond. L'une des plus pénalisées, CGG, a rebondi de 14,4%, suivie par Vallourec (+ 10,5%), Technip (+ 5,4%), ou encore Schlumberger (+ 4,8%)

Après bien des atermoiements, l'Opep a annoncé hier, depuis son siège de Vienne, une restauration de ses quotas de production (au 1er janvier 2017) à un niveau inférieur aux extractions actuelles du cartel. De plus, des pays extérieurs à l'Opep, comme la Russie, s'associent au mouvement.

“Il faut bien le reconnaître : le cartel a surpris favorablement”, constatent ce matin les analystes d'Aurel BGC, qui ajoutent : “au total, l'Opep va baisser sa production de 1,2 million de barils/jour (b/j), avec un plafond à 32,5 millions de (b/j), soit la fourchette basse prévue dans le cadre du pré-accord d'Alger fin septembre. L'autre surprise est venue des pays non-Opep qui vont participer à hauteur de 600.000 b/j en sus de la baisse promise par les membres du cartel”, commentent les spécialistes du bureau d'études parisien.

Qui pourrait en tirer parti ? Probablement, et entre autres, les producteurs américains de pétrole et de gaz, conventionnels ou non. En effet, dans le 'shale' américain, les 24 derniers mois ont été mis à profit pour réduire les investissements en particulier et les coûts en général. De fait, les prix de revient ont sensiblement baissé. Toute hausse des prix ferait donc levier sur la rentabilité, et donc sur l'intérêt de produire du “shale”. Et de recourir aux fournisseurs parapétroliers, dont Vallourec, qui dispose localement de plusieurs usines, fait partie.

D'ailleurs, à en croire les statistiques de l'Energy Information Agency (EIA), la production américaine d'or noir ne baisse plus : d'un sommet de 9,6 millions de b/j en juin 2015, elle a ensuite retraité jusqu'à un point bas de 8,4 millions de b/j en juillet 2016. Avant de remonter, aux dernières nouvelles à 8,7 millions de b/j.

Tombé autour de 320 au début du mois de juin, le nombre de puits de forages actifs aux Etats-Unis, selon Baker Hughes, est depuis remonté à 474 unités. Les 1.600 unités de l'automne 2014 sont encore moins, mais la baisse semble enrayée.

Des parapétrolières, comme Vallourec, pourraient-elles en profiter ? En 2015, 28,8% du CA du groupe français se concentrait en Amérique du Nord, sa première région devant l'Europe et le Moyen-Orient (22% chacun). A suivre.

EG


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant