Vallourec: en hausse dans le sillage de Tenaris.

le
0

(CercleFinance.com) - A la Bourse de Paris ce matin, l'action Vallourec s'adjugeait plus de 3% à 3,2 euros après que son grand concurrent européen, Tenaris, se soit montré relativement optimiste quant au marché des tubes destinés à l'industrie pétrolière pour la fin de l'année en cours.

A la Bourse de Milan, l'action Tenaris prend 2,2% à 11,8 euros.

Certes, les comptes de Tenaris, grand nom des tubes dits OCTG ('Oil Country Tubular Goods') utilisés dans les forages pétro-gaziers, ont basculé dans le rouge au 2e trimestre, avec une perte nette part du groupe de 13 millions de dollars. La direction évoque un marché toujours en baisse en Amérique du Nord, la fin des livraisons prévues au Brésil et en Argentine pour des oléoducs, et 'des pressions sur les prix partout dans le monde'.

Pour le 3e trimestre, Tenaris estime donc que ses ventes seront toujours pénalisées par la faiblesse de la demande en Amérique du Nord, et la pression sur les prix induite par 'une concurrence féroce' dans l'hémisphère Est.

Mais le groupe termine par une note plus optimiste : 'au 4e trimestre, les volumes devraient se redresser ainsi que le facteur de charges de nos usines, grâce aux commandes du Moyen-Orient et d'Asie, et à une reprise des forages en Amérique du Nord. Ce qui s'accompagnerait d'une amélioration progressive de notre EBITDA', indique le groupe.

Tenaris semble donc partager le point de vue de Schlumberger, le géant parapétrolier, qui indiquait récemment que le bas du cycle était probablement dépassé. Ce qui pourrait être de bon augure pour le secteur dans son ensemble.

Toutefois, lors de la présentation de ses comptes semestriels qui se sont soldés par une perte nette de 415 millions d'euros (dont 131 millions au 2e trimestre), le 28 juillet dernier, le président du directoire de Vallourec, Philippe Crouzet, se montrait moins encourageant.

'Le groupe confirme que le second semestre 2016 continuera à être affecté par la baisse cyclique des marchés Pétrole et gaz', indiquait alors Vallourec. Le groupe se contente d'anticiper au S2 une reprise modérée des prix en Amérique du Nord, mais une dégradation dans la zone Europe/Moyen-Orient, et pas 'd'évolution majeure' au Brésil.

Et M. Crouzet de déclarer alors que 'le second semestre 2016 continuera à pâtir de la faible demande et d'une pression intense sur les prix.'


Valeur associée
  Libellé Bourse Dernier Var. Vol.
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant