Vallourec déprécie des actifs à cause du marché pétrolier

le
0

PARIS (Reuters) - Vallourec a annoncé jeudi une perte de valeur de certains de ses actifs au Brésil et en Europe, consécutive à la dégradation des marchés pétroliers, qui se traduira dans ses comptes par une dépréciation estimée entre 1,0 et 1,2 milliard d'euros.

Le producteur de tubes sans soudure en acier, dont les produits sont notamment utilisés dans les opérations de forage et de production, a précisé que cette dépréciation aurait un impact non récurrent sur son résultat net en 2014 et entraînerait donc une perte au titre de l'exercice écoulé.

"Nous considérons que le groupe fait face à un changement d'environnement profond et potentiellement durable dans certains de ses aspects", a déclaré lors d'une conférence téléphonique le président du directoire, Philippe Crouzet.

Pour expliquer la chute du prix du pétrole, d'environ 60% en six mois, Philippe Crouzet a souligné le déséquilibre entre l'offre et la demande mais aussi les conséquences d'un rééquilibrage plus structurel entre zones géographiques qui fait suite à la croissance rapide de la production nord-américaine.

Avant même la chute du brut de ces derniers mois, Vallourec avait noté une changement d'attitude de ses clients pétroliers, confrontés à une baisse de leur rentabilité, qui réduisent leurs programmes d'investissement et leurs dépenses d'exploitation tout en se montrant plus sélectifs dans le choix de leurs projets.

"Il en résulte une forte pression pour leurs fournisseurs pour l'ensemble de la chaîne d'approvisionnement", a noté Philippe Crouzet.

Dans le détail, Vallourec envisage une dépréciation de 0,5 à 0,6 milliard d'euros de son unité VSB, qui comprend notamment une coentreprise brésilienne entre Vallourec et Nippon Steel & Sumitomo Metal Corporation, et une dépréciation de 0,5 à 0,6 milliard également de son unité Vallourec Europe.

UN PLAN "AU-DELÀ DE LA SIMPLE ADAPTATION CONJONCTURELLE"

Le groupe a cependant confirmé l'ensemble de ses objectifs pour 2014, à savoir un chiffre d'affaires proche de celui de 2013, un résultat brut d'exploitation en baisse d'environ 10% par rapport à 2013 et une génération de cash-flow disponible positif.

Il a également indiqué avoir travaillé lors des six derniers mois sur un plan visant à améliorer sa compétitivité, qui sera axé sur la réduction de ses coûts et sur l'optimisation de la gestion de trésorerie. Les détails seront annoncés lors de la présentation des résultats de l'exercice 2014, le 24 février.

"Le prix du pétrole remontera et les forages repartiront, même s'il est impossible aujourd'hui de dire avec précision quand", a noté Philippe Crouzet. "Mais je considère que notre environnement change et change vite (...), donc Vallourec doit d'adapter."

Evoquant un plan qui ira "au-delà de la simple adaptation conjoncturelle à la chute des marchés", déjà en cours, Philippe Crouzet n'a pas souhaité préciser si Vallourec prévoyait dans ce cadre des licenciements.

L'action Vallourec a clôturé mercredi sur un cours de 19,735 euros, accusant une baisse de 13,25% depuis le début de l'année après un plongeon de 42,5% en 2014.

La société avait abaissé ses perspectives en juin face à la diminution de la demande dans ses activités de pétrole et de gaz au Brésil et dans la zone EAMEA (Europe, Afrique, Moyen-Orient et Asie).

(Benjamin Mallet, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant