Vallini : «La carte des régions peut bouger»

le
0
Vallini : «La carte des régions peut bouger»
Vallini : «La carte des régions peut bouger»

Secrétaire d'Etat à la Réforme territoriale, André Vallini mettra en musique la réforme présentée ce mercredi matin en Conseil des ministres. Il l'assure, le nouveau découpage du pays peut encore évoluer.

La nouvelle carte des régions est-elle définitive ou peut-elle évoluer ?

ANDRÉ VALLINI. Elle peut bouger. Si les parlementaires s'emparent de la carte et qu'il y a des volontés de bouger telle ou telle région, le gouvernement en tiendra compte. A une seule condition : c'est 14 régions, ou moins, mais pas plus.

Cette carte ne s'est-elle pas faite dans la précipitation ?

Ce n'est ni de l'improvisation ni de la précipitation, c'est de l'accélération. Le président et le Premier ministre ont considéré que, deux ans après le début du quinquennat, les choses devaient aller plus vite et plus fort. Je ne connais pas de carte idéale, aucune ne peut faire l'unanimité. Celle-ci a le mérite d'exister et d'ouvrir le débat.

Quelles compétences vont être transférées des départements vers les régions ?

Nous voulons plus de clarté car, avec l'empilement de structures et l'enchevêtrement des compétences, les citoyens ne savent plus qui fait quoi. Les départements s'effaceront en 2020 et les régions doivent, dès l'année prochaine, être plus fortes, avec des compétences économiques nombreuses et fortes. Elles s'occupaient du ferroviaire, elles auront les transports interurbains et les routes, bref ce qui concourt à leur attractivité. Enfin, nous voulons favoriser la proximité avec les intercommunalités.

Que répondez-vous à Valérie Pécresse qui réclame la suppression des départements ?

Je lui réponds : chère Valérie, on les aurait supprimés si vous et vos amis de l'UMP aviez accepté de voter la révision constitutionnelle indispensable pour le faire. C'est d'autant plus dommage que cela intervient après le score du FN aux européennes. C'est une réforme que tout le monde attend et où on pouvait ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant