Vallaud-Belkacem : «La réforme du collège se fait, qu'on le veuille ou non»

le , mis à jour à 08:51
14

C’est avec un large sourire, et un ton plus offensif qu’à l’accoutumée, que Najat Vallaud-Belkacem, dans son ministère de la rue de Grenelle, a accueilli mercredi une poignée de journalistes, dont «Le Parisien», pour une rencontre de près de deux heures avant la rentrée des classes. « Je suis contente que les choses se fassent », répète-t-elle à plusieurs reprises. Un exercice de conviction, destiné à défendre pied à pied un bilan promis, elle le sait, à de vifs débats dans la campagne présidentielle.

 

C’est votre dernière rentrée, en tant que ministre de l’Education nationale de ce gouvernement. Comment l’abordez-vous ?

 

Je l’aborde avec beaucoup d’enthousiasme, et même une forme d’impatience. C’est la première rentrée où l’ensemble de notre refondation de l’école va se voir dans sa cohérence. Les conditions sont réunies pour que cette rentrée se passe de manière apaisée. Depuis un an, on sent les effets sur le terrain des moyens supplémentaires que nous avons donné à l’éducation nationale. Au primaire, par exemple, nous aurons en cette rentrée plus de 3900 enseignants supplémentaires déployés sur le territoire, pour un nombre d’élèves stable par rapport à l’an dernier : cela signifie un meilleur encadrement, de meilleures capacités de remplacement, la poursuite du déploiement de dispositifs plébiscités sur le terrain comme « le plus de maîtres que de classes. »

 

L’engagement du président Hollande de créer 60 000 postes dans l’enseignement et la recherche, dont 54 000 pour l’éducation nationale, sera-t-il tenu ?

 

Oui. En cette rentrée, nous avons atteint 42 338 postes effectifs, et à la rentrée 2017, la date butoir de notre engagement, nous aurons rempli l’objectif de 54 000. Nous n’avons pas seulement créé des postes, nous avons aussi recréé une formation initiale pour les enseignants, qui ne sont plus livrés à eux-mêmes dans les ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • herv.rou il y a 3 mois

    Ses jours sont comptés....qu'elle en profite....ça va faire un bien fou de la voir se faire jeter !

  • acharbi1 il y a 3 mois

    Suite: Cette épidémie de vulgarité, corollaire du double raz-de-marée, celui de l’ignorance, celui de l’insignifiance,

  • acharbi1 il y a 3 mois

    La vulgarité d’esprit, qui se fait sentir partout, jusqu’aux sommets de l’Etat quand Mme le ministre de l’Education parle de «bruits de chiottes» jusqu’à la télévision publique, quand une amuseuse ignare d’«On n’est pas couché» soutient faussement à l’antenne que Descartes s’est réfugié en Hollande pour fuir les persécutions religieuses catholiques sans que personne ne bronche.

  • gilles99 il y a 3 mois

    Les socialistes ont une forte conviction sur l'égalité. Tous le monde au même niveau. Mais la seule chose que leur incompétence leur permet de faire, c'est niveler par le bas (ils sont très forts en démagogie, mais pour travailler ...). Donc tout le monde dans la "nullitude". Plus le budget de l'éducation nationale est élevé, plus ceux qui en sortent sont des cancres. La langue française est d'ailleurs à l'agonie lorsque l'on regarde ceux qui arrivent dans le monde de l'entreprise ...

  • M9244933 il y a 3 mois

    Madame Anti-élitisme. C'est avec des mesures idéologiques qu'on va progresser...

  • bordo il y a 3 mois

    L'arrogance et le mépris transpirent dans ses déclarations.

  • newwin il y a 3 mois

    A VNDU L EN A MICROSOFT ET SES LOGICIELS ESPIONS UNE TRAITRE

  • M415325 il y a 3 mois

    vivement 2017, les rats seront chassés

  • dhote il y a 3 mois

    En matière d'effectifs ce qui est intéressant ce sont les effectifs totaux de L'EN à la rentrée 2011 et à la rentrée 2016 car les recrutements à ex seuls ne veulent rien dire.

  • acharbi1 il y a 3 mois

    Avec elle ,la dérive communautaire