Vallaud-Belkacem : «Il faut faire du sur-mesure pour les jeunes des quartiers»

le
4
Vallaud-Belkacem : «Il faut faire du sur-mesure pour les jeunes des quartiers»
Vallaud-Belkacem : «Il faut faire du sur-mesure pour les jeunes des quartiers»

« L'AVANTAGE de mon ministère, c'est qu'il rassemble des sujets aux interactions évidentes », se félicite Najat Vallaud-Belkacem, dont le portefeuille embrasse désormais les Droits des femmes, la Ville, la Jeunesse et les Sports. Effectivement, les annonces sur la jeunesse, qu'elle a réservées à notre journal, font bien vite des détours du côté des quartiers en difficulté, des femmes et du rôle des associations. Tour d'horizon.

La jeunesse est une priorité du quinquennat. Quelle impulsion nouvelle voulez-vous donner??

NAJAT VALLAUD-BELKACEM. Depuis deux ans, on a déjà fait beaucoup. S'agissant d'éducation, on a enrayé la mécanique infernale des suppressions de postes d'enseignant, avec des résultats qui étaient de moins en moins bons pour les élèves. L'autre priorité, et ce sera la mienne, c'est la mise en emploi et l'autonomie des jeunes. Il y a vingt ans, 1 jeune sur 20 faisait l'expérience du chômage à la fin de ses études. Aujourd'hui, 22?% des diplômés ne travaillent toujours pas trois ans après leur sortie. Ces années de « tâtonnement » entre l'obtention du diplôme, les stages, les concours, peuvent devenir galère très vite. Pour le logement, les transports, la santé, on n'entre plus dans les bonnes cases, mais on n'est pas encore autonome. Il faut faciliter la transition entre la fin des études et l'installation pérenne dans l'emploi.

De quelle façon??

On ne doit pas lâcher la main de ces jeunes quand ils ont le plus besoin de nous et, au contraire, faire de cette période de transition une période d'opportunités. Nous avons fait en sorte que les crédits du programme européen Erasmus soient augmentés de 40?% pour 2014-2020, afin que le maximum de jeunes, et plus seulement les étudiants, puissent partir à la découverte de l'étranger?; nous souhaitons aussi plus de services civiques. 35?000 jeunes sont concernés cette année, l'objectif est ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • bordo le dimanche 4 mai 2014 à 15:10

    C'est marrant mon grand père immigré à d'abord bossé comme un fou et puis il est allé dans les tranchées en 14-18. Et la on leur file de la tune, on leur fait des bisous et ils nous crachent a la figure en nous traitant de racistes ?! Ça commence a bien faire.

  • LeRaleur le dimanche 4 mai 2014 à 10:29

    Tout gratos sans travailler, faire ce qu'ils veulent. Leur permettre de dealer pour se payer une belle voiture et faire la nique à ceux qui triment.

  • FullOil le dimanche 4 mai 2014 à 09:30

    Les autres jeunes qui ne sont pas du quartier peuvent creuver?

  • mlaure13 le dimanche 4 mai 2014 à 08:28

    C'est du n'importe QUOI...Allez, une petite pour rire ...Quelle est la différence entre les voleurs saoudiens et les voleurs français ?.. En Arabie saoudite, les voleurs sont amputés...... En France,Ils sont réputés avant d'être députés...:-)))