Valeurs informatiques : le Brexit, coup de Trafalgar ?

le
0
Le Revenu Hebdo no 1392. (© Le Revenu)
Le Revenu Hebdo no 1392. (© Le Revenu)

Perfide Albion. Officiellement consultatif, le vote du peuple britannique en faveur d’une sortie de l’Union européenne (UE) a déclenché un vent de panique sur les trois grandes sociétés françaises des services informatiques. En à peine deux séances, les 24 et 27 juin, les actions Atos, Capgemini et Sopra Steria Group ont ainsi perdu entre 14 et 18% !

Deux mois après le référendum, force est de constater que ce choc financier est loin d’avoir été effacé pour toutes les valeurs du secteur. Pourquoi un tel trou d’air boursier aussi brutal ? Et faut-il s’en inquiéter ?

12 groupes passés au crible

Alors, le Brexit, coup de Trafalgar ou simple effet de manche ? Directeur financier de Capgemini, Aiman Ezzat rappelle le poids du Royaume-Uni : «C’est le troisième marché au monde pour les services informatiques, derrière les États-Unis et le Japon, mais devant l’Allemagne et la France.» Et les Français sont très bien implantés outre-Manche, en particulier du fait d’acquisitions passées.

Afin d’essayer de cerner l’effet du Brexit, nous avons passé au crible les douze groupes les plus exposés au Royaume-Uni en tentant d’identifier les risques potentiels, mais également les opportunités induites par le Brexit.

Pour l’heure, et dans l’hypothèse où le Royaume-Uni ne tomberait pas en récession l’année prochaine, l’impact semble assez faible. Et ce, grâce à l’amortisseur

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant