Valeureux Germain

le
0
Valeureux Germain
Valeureux Germain

Homme du match face à Fenerbahçe, Valère Germain permet à l'AS Monaco de continuer à rêver d'une nouvelle présence en Ligue des champions. Une petite revanche pour un pur produit du club longtemps sacrifié par la politique de recrutement instaurée depuis 2013 sur le Rocher.

Monaco s'est donc offert le droit de rêver. Et d'espérer vendredi, ne pas tomber sur l'épouvantail Manchester City pour son barrage d'accession à la Ligue des champions, avec l'assurance de disputer la Ligue Europa dans le pire des cas. Ce petit répit, le club princier le doit avant tout à Valère Germain, homme du match ce mercredi contre Fenerbahçe (3-1). Très discret à l'aller en Turquie, le fils de Bruno a remis les pendules à l'heure au retour, et surtout placé les siens sur orbite dès la troisième minute en convertissant une passe lumineuse de Radamel Falcao. Dans une belle entente avec le Colombien et l'ensemble du secteur offensif monégasque, il a pesé, et su sonner la révolte un peu après l'heure de jeu en convertissant sa seconde vraie opportunité sur une remise de Nabil Dirar. Serein et efficace. Du très bon Germain, dans la lignée de sa saison à Nice (14 buts en Ligue 1) et de ses matchs de préparation estivaux. Seul petit bémol au tableau de chasse : ne pas avoir tenté sa chance juste avant la pause et cherché une passe compliquée pour Falcao, finalement blessé sur l'action.

"On préfère l'avoir avec nous"


"Germain ? C'est un enfant du club. Je suis très content pour lui. Il a été bon avec Nice, mais on préfère l'avoir avec nous" se gargarisait Vadim Vasilyev juste après le match de Ligue des champions. Pourtant, cet enfant du club a longtemps été le cocu du nouveau projet monégasque de Dmitri Rybolovlev. Malgré 14 buts et un statut de capitaine en 2012-2013 l'année de la promotion en Ligue 1, Claudio Ranieri l'a longtemps laissé au placard à l'étage supérieur à l'exercice suivant. Il doit attendre le 19 janvier 2014 et un déplacement à Toulouse pour une première titularisation en championnat. Suffisant néanmoins pour prendre le train en marche, marquer dès le match suivant contre l'OM, et finir une demi-saison avec 4 buts et 2 passes décisives en ayant remplacé Falcao et son genou pété au pied levé. Mais pas assez pour générer une force d'inertie et convaincre Leonardo Jardim, arrivé aux affaires à l'été 2014, de le maintenir dans le onze asémiste. Seulement 9 titularisations en Ligue 1 pour 3 buts et 2 passes…



Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant