Valérie Trierweiler souhaite "Bonne chance" à François Hollande

le
7
VALÉRIE TRIERWEILER SOUHAITE BONNE CHANCE À FRANÇOIS HOLLANDE
VALÉRIE TRIERWEILER SOUHAITE BONNE CHANCE À FRANÇOIS HOLLANDE

PARIS (Reuters) - Valérie Trierweiler a formulé mardi des voeux de réussite pour François Hollande, qui a marqué les deux premières années de son mandat en demandant à être jugé sur ses résultats en 2017, par-delà "l'inquiétude" et "la défiance" des Français.

La journaliste, qui s'est séparée du chef de l'Etat le 25 janvier après les révélations dans la presse sur la liaison de ce dernier avec la comédienne Julie Gayet, a manifesté une volonté d'apaisement lors d'une interview sur Europe 1, souhaitant "bonne chance" au président le plus impopulaire de la Ve République.

Prié de dire sur BFM TV et RMC Info s'il avait commis des "imprudences" dans sa vie intime lors des deux premières années de son mandat, François Hollande a pour sa part éludé, soulignant que "la vie privée relève de la vie privée".

Il a toutefois assuré ne s'être jamais "livré à je ne sais quelle facilité, confusion". "Jamais je n'ai été dans une forme de vulgarité ou de grossièreté", a-t-il ajouté en répondant par l'affirmative à la question de savoir s'il s'était conduit dignement.

Valérie Trierweiler s'est refusée à commenter le passé, précisant qu'elle n'avait pas le projet "pour l'instant" d'écrire un livre sur son expérience de "première dame" et qu'elle ne ferait "plus jamais de journalisme politique".

"Quand votre vie privée est à ce point dévoilée, à ce point dévoyée, à ce point déformée et même salie, on n'a plus envie d'en parler", a-t-elle expliqué. "Ma vie privée, aujourd'hui, elle m'appartient".

Le chef de l'Etat, a-t-elle avancé, s'est lui aussi "endurci, forcément, nécessairement".

"Le pouvoir ça change, ça change aussi le rapport aux autres", a-t-elle estimé.

"Ce n'est pas la popularité qui compte. (... )Ce qu'il faut, c'est replacer les choses dans le temps", a-t-elle plaidé.

"Je lui souhaite bonne chance pour les trois années qui restent. (...) Ce n'est pas au bout de deux ans qu'on juge un quinquennat".

"Je souhaite qu'il réussisse, parce que s'il réussit, c'est la France qui réussira. Qui n'a pas envie de ça?", a-t-elle conclu.

(Sophie Louet, édité par Yves Clarisse)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • boyaciya le mardi 6 mai 2014 à 14:57

    Parlementaire est un honneur ils l'ont changé en metier

  • M7097610 le mardi 6 mai 2014 à 14:28

    le redressement permettra de financer le milliard que coute la retraite des parlementaires sans rien changer ! Pourvu que la crise s'accentue alors !

  • M156470 le mardi 6 mai 2014 à 13:35

    FITTOTO -- Et moi, je leur souhaite à tous les deux : BON VENT !!! Qu'ils dégagent définitivement.

  • M7403983 le mardi 6 mai 2014 à 13:24

    mlaure13 : surtout avec de bonnes compensations, je suppose ...

  • inextens le mardi 6 mai 2014 à 13:00

    chuis cocue mais contente

  • mlaure13 le mardi 6 mai 2014 à 12:52

    Après la tempête, le calme revenu s'apprécie d'autant plus...et c'est mieux ainsi ...

  • uran le mardi 6 mai 2014 à 12:49

    C'est un non événement. On souhaiterait oublier.