Valérie Trierweiler reçoit des opposants à l'« Ayraultport »

le
1
L'opposition au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ne faiblit pas.
L'opposition au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique) ne faiblit pas.

Un concours de circonstance, soutient son entourage, manifestement désireux de réduire au maximum le risque de polémique...


Le gigantesque buzz suscité par son tweet de soutien à Olivier Falorni, adversaire socialiste de Ségolène Royal, soutenue par le parti, lors du dernier scrutin législatif a laissé des traces. Depuis, Valérie Trierweiler s'est montrée beaucoup plus discrète. Comme si elle avait brutalement réalisé qu'une prise de position divergente de celle de son compagnon de président de la République avait de fortes chances de leur porter à tous les deux préjudice.


Notre consoeur sait qu'elle marche sur des oeufs, que sa marge de manoeuvre est limitée, mais cela ne veut pas dire qu'elle n'agit pas, qu'elle ne consulte pas ou qu'elle a rangé ses convictions au placard. Ainsi a-t-elle reçu ce week-end à Angers (Maine-et-Loire), sa ville natale, trois opposants au projet d'aéroport de Notre-Dame-des-Landes (Loire-Atlantique). Une initiative personnelle, a indiqué à nos confrères de l'AFP Nicolas Cocuaud, coordinateur du groupe local de Greenpeace à Angers, selon lequel la compagne de François Hollande « les a beaucoup entendus sur (leurs) revendications ».


Melle Trierweiler n'a-t-elle parlé qu'en son nom ? Était-elle porteuse d'un message du chef de l'État sachant que les socialistes continuent officiellement de soutenir la création de cette nouvelle plate-forme, mais qu'une commission de dialogue et une mission agricole viennent d'être mises en place pour débattre avec les écologistes et autres associations de protection de l'environnement, catégoriquement hostiles à ce projet qu'ils jugent inutile et néfaste pour la biodiversité ?



« Pas un geste politique »


L'entourage de l'intéressée s'est attaché à prévenir tout emballement médiatique, assurant par le biais d'une source anonyme relayée par l'Agence qu'« il ne s'agit pas d'un geste politique ». « Ils ont demandé s'ils pouvaient remettre une lettre, Melle Trierweiler n'était pas loin, elle les a reçus, c'est tout », a ajouté cette source.


« Nous lui avons remis une copie de la lettre désormais publique faite par une (femme) médecin présente sur le site à l'intention du préfet de Loire-Atlantique sur l'ensemble des blessures parfois graves infligées aux militants présents (...) lors des assauts des 23 et 24 novembre 2012 », a de son côté détaillé Greenpeace dans un communiqué. M. Cocuaud a cependant confié que la compagne de M. Hollande ne s'est pas engagée à transmettre ladite missive à ce dernier.


Il reste que la contestation ne faiblit pas. Entre deux mille trois cents et cinq mille personnes ont en effet de nouveau manifesté samedi après-midi à Nantes (Loire-Atlantique) contre l'« Ayraultport ». Une autre démonstration de force et de détermination.


Qui sait, au cas où les manifestations hostiles devaient se succéder, si le gouvernement ne devait pas finir par préférer renoncer...


Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • janaliz le lundi 10 déc 2012 à 13:18

    Elle commence à devenir vraiment gênante pour la démocratie. Comment peut-elle se permettre une telle inconséquence alors qu'elle couche avec la république. Inimaginable. Et son sectaire de conjoint trouve la situation "normale".