Valérie Trierweiler poursuit Closer, Voici et Public

le
12
VALÉRIE TRIERWEILER POURSUIT TROIS MAGAZINES "PEOPLE"
VALÉRIE TRIERWEILER POURSUIT TROIS MAGAZINES "PEOPLE"

PARIS (Reuters) - La compagne de François Hollande, qui a déjà fait condamner VSD, a engagé des poursuites contre trois autres magazines ayant publié en "une" des photos du couple présidentiel en maillot de bain lors de ses vacances d'été, a annoncé jeudi son avocate.

VSD a été condamné mardi à payer à Valérie Trierweiler une amende de 2.000 euros, sur 30.000 réclamés, pour "atteinte à la vie privée et au droit à l'image" après la publication des photos d'un bain de mer prises près du fort de Brégançon (Var).

La Première dame a choisi de reverser ce montant à l'association Reporters sans frontières. Le rédacteur en chef adjoint de VSD s'était alors étonné que son magazine soit le seul poursuivi.

"Nous avons trois autres procédures en cours contre trois magazines people : Closer, Voici et Public, pour ne pas les nommer", a déclaré sur Europe 1 Me Frédérique Giffard, avocate de Valérie Trierweiler.

"On a fait le choix d'assigner les magazines qui ont mis les photos en couverture et qui ont cherché à vendre, à accrocher le lecteur avec ces photos", a-t-elle ajouté.

Pour l'avocate, il n'y a pas de "tradition" de photo du couple présidentiel en maillot de bain l'été, mais seulement en "tenue décontractée".

Valérie Trierweiler, qui continue à exercer sa profession de journaliste, n'a pas engagé de poursuites contre Paris Match, son employeur, qui a également publié des photos du couple se baignant.

"La présentation était beaucoup plus discrète dans Paris Match, il y avait une seule image, en petit format et en page intérieure", a expliqué jeudi Me Frédérique Giffard.

"Il n'y a pas de tabou par rapport à l'employeur de Valérie Trierweiler", a-t-elle ajouté, soulignant que le magazine Public fait partie du groupe Lagardère, auquel appartient également Paris Match.

La prochaine sortie publique de Valérie Trierweiler est prévue le 20 septembre à l'occasion d'une vente de soutien à l'association France Libertés, fondée par l'ancienne Première dame Danielle Mitterrand.

Chine Labbé et Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le jeudi 6 sept 2012 à 20:00

    Mais qui paie les honoraires de l'avocat? Quand on a plus que ça pour être citée dans la presse et les médias on est au fond du trou. Triste et pauvre concubine sans statut et sans titre.

  • docteur7 le jeudi 6 sept 2012 à 19:41

    Elle ressemble à Cruella ...

  • janaliz le jeudi 6 sept 2012 à 19:04

    Si elle ne veut pas être prise en photo en maillot de bain, elle n'a qu'à pas se déshabiller. Autre solution une retraite au couvent, çà pourrait lui faire du bien à cette a b r u t i e.

  • m.bouil4 le jeudi 6 sept 2012 à 18:53

    Ce n'est pas la première dame, c'est une compagne sans statut.

  • gde-lamb le jeudi 6 sept 2012 à 18:44

    Elle n'intéresse personne et donc il faut la laisser faire les simagrées dont elle a besoin pour se faire remarquer, car ce n'est pas avec ses pauvres articles dans Match qu'elle va se faire une réputation ou bien si elle s'en fait une elle ne sera pas bonne !

  • cavalair le jeudi 6 sept 2012 à 18:37

    la premiere dame... au plus une demi-mondaine

  • docteur7 le jeudi 6 sept 2012 à 18:36

    Cela étant, elle a raison de faire un scandale, elle est tellement vilaine !

  • docteur7 le jeudi 6 sept 2012 à 18:35

    Je répète : on s'en fout un peu, voire beaucoup !

  • 6mptxis le jeudi 6 sept 2012 à 18:33

    Holala , la photo on dirait celle qui donne a blanche neige la pomme a croquer

  • farouxfr le jeudi 6 sept 2012 à 18:29

    Et voici ce que fait une première dame qui n'en est pas une, de la liberté de la presse. Elle n'en sort pas grandie pas plus que son concubin... Ou est la pudeur ?