Valérie Pécresse : "Valls n'a de réformateur que le discours"

le
0
L'ancienne ministre du Budget Valérie Pécresse juge les réformes engagées par le gouvernement.
L'ancienne ministre du Budget Valérie Pécresse juge les réformes engagées par le gouvernement.

Le Point.fr : Manuel Valls résiste aux cheminots mais promet un geste aux intermittents. A-t-il, selon vous, la bonne attitude face à la grogne sociale ?

Valérie Pécresse : Aujourd'hui, le gouvernement n'a plus le choix. Le courage, c'est maintenant, pourrais-je dire en détournant le slogan cher à François Hollande. Il est temps de retrouver le Manuel Valls de la primaire socialiste, celui qui était contre les 35 heures, contre les emplois aidés et pour une réforme territoriale que nous proposions ambitieuse...

La grève des cheminots handicape nombre de nos concitoyens. Que proposez-vous ?

J'ai déposé cette semaine une proposition de loi qui vise à renforcer le service minimum de la SNCF. Il est nécessaire d'aller plus loin que la règle actuelle "un train sur trois". Il n'y a pas de raison que le service minimum de la RATP en Ile-de-France soit d'un train sur deux et que la SNCF n'assure pas le même service minimum. Il n'y a aucune raison que des syndicalistes minoritaires continuent à prendre en otage l'ensemble des autres salariés jusqu'à menacer des épreuves du bac. Si on faisait un référendum sur le service minimum des transports publics, nul doute qu'il y aurait un large consensus pour un service minimum à deux trains sur trois... Et pas question de payer les jours de grève. C'est à ce moment-là qu'on jugera de la réelle fermeté du gouvernement.

Si Manuel Valls tient bon et va dans la bonne direction, peut-il compter...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant