Valérie Pécresse menace d'augmenter le prix du Passe Navigo

le
0

La présidente Les Républicains de la région Île-de-France menace d'augmenter par une «taxe Valls» le tarif du titre de transport. Le prix du Passe Navigo pourrait ainsi s'accroître de 10 à 15 euros, à 80 ou 85 euros contre 70 euros actuellement.

Valérie Pécresse est déterminée à gagner le bras de fer engagé avec l'Exécutif. Pour ce faire, la présidente de la région Ile-de-France (Les Républicains) sort l'artillerie lourde et menace d'accroître le prix du Passe Navigo, dans une interview accordée au Parisien dimanche . Le tarif du titre de transport, actuellement fixé à 70 euros, pourrait augmenter de 10 à 15 euros. La raison? Elle reproche au Premier ministre de ne pas tenir «ses engagements» de financement accru. Une table ronde, sur le thème «Le Passe Navigo à 70 euros est-il viable?» doit avoir lieu ce lundi à Paris.

«On a une impasse annuelle de 300 millions d'euros», explique Valérie Pécresse. «Le Passe Navigo à 70 euros par mois a été improvisé par la gauche juste avant les élections régionales et n'est pas financé». Elle soutient que Manuel Valls a promis qu'il allait transférer des ressources fiscales pour combler le manque. Seul souci, la présidente de la région assure qu'elle n'a pas vu la couleur de ces fonds, et ce, «alors que le budget 2017 est en cours de préparation». Affirmant que le «tarif d'équilibre» du passe unique se situe «entre 80 et 85 euros selon le Stif» (syndicat des transports d'Ile-de-France), elle lance: «Sans financement complémentaire du gouvernement, nous serons donc contraints d'instaurer une taxe Valls».

Les incidents techniques ne connaîtront pas de diminution «avant au moins dix ans»

En quoi ces fonds sont-ils nécessaires? Selon la présidente de la région Île-de-France, ils doivent permettre de financer «de nouvelles lignes de bus, du matériel roulant neuf, plus de sécurité, de la vidéoprotection et le plan de modernisation que nous lancerons cet été». «Les usagers ne peuvent plus continuer à voyager dans des bétaillères et des trains qui tombent en panne», plaide cette ancienne ministre du Budget.

»» Lire aussi: RATP, SNCF: le palmarès des lignes noires en Ile-de-France

En février dernier, un rapport de la Cour des comptes estimait que les investissements pour la maintenance du réseau francilien étaient passés de 538 millions à 810 millions d'euros, entre 2010 et 2014. Et pourtant, 40% des voies, et 30% des aiguillages ont plus de 30 ans en Île-de-France. Les fonds désirés par Valérie Pécresse seraient-ils suffisants pour pallier la vétusté? Pas si sûr. Les sages de la rue Cambon estiment que les incidents techniques récurrents «ne connaîtront pas une diminution significative avant au moins dix ans».

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant