Valenciennes : Jacobs et l'insécurité collective

le
0
Valenciennes : Jacobs et l'insécurité collective
Valenciennes : Jacobs et l'insécurité collective

Ariel Jacobs fait profil bas après la défaite concédée à domicile contre Troyes (3-1, 16emes de finale de la Coupe de la Ligue). Il faut dire que depuis son arrivée sur le banc du VAFC, le technicien belge n'a pas encore connu la victoire (1 nul et 2 défaites). « Je suis franchement gêné, a expliqué mardi soir le successeur de Daniel Sanchez après le non-match des coéquipiers de Nicolas Penneteau. Des excuses auprès des supporters ne seraient même pas suffisantes compte tenu de notre première période. Je crois que je n'ai jamais autant été poussé hors de moi qu'à la mi-temps. On a fait preuve de volonté pour renverser la situation en début de deuxième période. La façon dont nous encaissons le troisième but est symptomatique. Chez nous, c'est l'insécurité collective et l'adversaire n'a pas besoin de vingt-six occasions de but. Et souvent, nous leur donnons. »

« Je voulais faire sept ou huit changements à la mi-temps »

Une réaction est attendue samedi prochain contre l'AC Ajaccio (12eme journée de Ligue 1) sous peine de plonger encore un peu plus dans la crise. Alors que Fabrizio Ravanelli va jouer sa tête, la confrontation s'annonce tendue entre les deux relégables. « Ceux qui veulent mouiller le maillot pour sauver Valenciennes auront ma préférence à ceux qui se prennent pour des stars, prévient Ariel Jacobs (ex-Anderlecht ou encore FC Copenhague). Contre Troyes, je voulais faire sept ou huit changements à la mi-temps. » Ceux qui étaient titulaires face à l'ESTAC ont dû recevoir le message. Ça va tourner en Corse.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant