Valence terrasse le grand Real

le
0

22 victoires de suite, clap de fin. Le FC Valence a mis fin à la fabuleuse série du Real Madrid. Au terme d'un match assez physique, les hommes de Nuno Espirito Santo ont séduit en deuxième période en renversant leurs hôtes puis en restant solides malgré l'assaut final des Merengues.


FC Valence - R. Madrid
(2-1)

A. Barragán (52'), N. Otamendi (64') pour FC Valence , C. Ronaldo (13') pour Real Madrid.


2015 débute mal pour le Real Madrid. L'incroyable série de 22 victoires consécutives, débutée le 16 septembre 2014, a pris fin aujourd'hui, pour le premier match de l'année 2015. Le tombeur des champions ? Le FC Valence. Un succès 2-1 qui va évidemment ravir le peuple valencian, et redonner un coup de boost au championnat d'Espagne. La rencontre a été comme on aurait pu l'attendre : rugueuse, disputée, intense. Et à ce petit jeu, ce sont bien les joueurs de Nuno Espirito Santo qui ont eu le dernier mot. Mené 1-0 dès la 14e minute par un pénalty de Cristiano Ronaldo, Valence a fait le dos rond, a laissé passer l'orage, et est parvenu à renverser la vapeur en seconde période, inscrivant le but de la victoire par Otamendi à la 66e minute de jeu. Oui, le Real chute. En même temps, après 22 victoires de suite, et quatre trophées raflés en 2014, personne ne leur en voudra. Même s'il va falloir se remobiliser immédiatement. Pour Valence, en revanche, c'est un début d'année 2015 idyllique, avec une quatrième place provisoire à la clef.
Des cartons et des coups francs
Dans une ambiance plutôt chaude, les trois premières minutes sont pour Valence. Les deux équipes ne s'aiment pas, et ça se voit. Le petit rectangle de Casillas est le terrain de deux-trois petites frayeurs pour les Madrilènes, embêtés par un centre de Piatti puis par une tête d'Otamendi. Encouragés par des supporters on ne peut plus bouillants, les Valenciens et Paco ne lâchent absolument rien, même la cheville de Pepe. Ils sont d'ailleurs tellement accrocheurs que c'est après une bonne grosse faute d'Orban que Negredo touche le ballon de la main. Péno. CR7 transforme le pénoche pour bien commencer l'année. De l'autre côté, Casillas aussi se met en évidence et sort avec autorité dans sa surface. C'est à souligner, tant ça devenait rare ces dernières années. À Valence, on essaie plus de s'en sortir en montrant qu'on est les...








Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant