Valence déglingue l'Atletico.

le
0
Valence déglingue l'Atletico.
Valence déglingue l'Atletico.

Qu'on se le dise, il ne fallait pas rater l'affiche de Liga entre Valence et l'Atletico Madrid. Un récital de football offert par tous les joueurs présent sur le pré, au terme duquel Valence est provisoirement leader du championnat.


FC Valence - Atlético
(3-1)

J. Miranda (5' csc), A. Gomes (7'), N. Otamendi (13') pour FC Valence , M. Mandzukic (28') pour Atlético Madrid.


« Le premier but du match, c'est le Mestalla qui doit le mettre. Je suis sûr qu'il ne va pas nous trahir, parce que ce public est absolument formidable. » La phrase est signée José Luis Gaya, l'arrière gauche de Valence, deuxième de Liga à l'heure d'affronter le champion en titre, l'Atletico Madrid. La fougue et l'ambition du jeune blanquinegro ne fait guère de doute. Mais devant un adversaire aussi costaud, il fallait avant tout lier la parole aux actes pour les supporters valenciens. Pris dans la fureur du stade, Joao Miranda va se rappeler longtemps du bruit assourdissant des travées, sûrement déchainées suite au triple pontage subi par le vrai Matador, Mario Kempes. Devant autant d'allant, l'Atletico s'est fait croquer d'entrée puis recoudre sans anesthésie. Forcément, ça fait mal.
Gomes, sans préliminaires
26 degrés à l'ombre, soleil de plomb en plein mois d'Octobre. En Espagne aussi, les hautes températures font de la résistance. Et si Tania Young n'est pas là pour donner ses conseils de protection contre le soleil, les hommes s'en donnent à cœur joie pour faire tomber le haut, tandis que ces demoiselles optent pour la paire de Ray-Ban Aviator. Pour ce premier rendez-vous contre une forte tête de Liga, Valence veut faire les choses en grand. En réalité, leur souhait va prendre forme en autant de temps que la durée moyenne d'un rapport sexuel : sept minutes et trente secondes. Sur une longue ouverture de Mustafi, Joao Miranda ne peut pas entendre les instructions de Moya et lui coupe la priorité. Résultat : un ballon qui roule tranquillement dans le but des Colchoneros (6e). Le Mestalla vient de marquer, et ses joueurs vont lui rendre la pareille une minute plus tard. A l'origine d'une combinaison parfaite avec Paco Alcacer au milieu d'un Joao Miranda en plein coma, André Gomes fusille Moya à bout pourtant. Sur son banc, Diego Simeone......

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant