Valbuena, l'homme de la situation

le
0
Valbuena, l'homme de la situation
Valbuena, l'homme de la situation

Ce jeudi soir, l'OL reçoit le Be?ikta? en quart de finale aller de Ligue Europa. Un match capital dans la saison des Lyonnais, et qui s'annonce bouillant. S'il y a un homme capable de gérer la situation, c'est bien Mathieu Valbuena.

"Après avoir éliminé la Roma, j'ai dit : "Moi, je veux Be?ikta?." Parce que ça va être chaud ! J'ai déjà joué à Be?ikta? et Fenerbahçe, et j'aime ces ambiances. Je ne suis jamais entré sur un terrain en ayant le trac." Il y a quelques jours, dans une interview accordée à Planète Lyon, Mathieu Valbuena faisait part de sa motivation à l'approche du quart de finale de Ligue Europa contre le Be?ikta? Istanbul. Une chose est sûre, avec les 15 000 Turcs chauffés à blanc qui vont débarquer à Lyon pour le rendez-vous, Valbuena va être servi en matière d'ambiance électrique. Une atmosphère encore plus particulière quand on sait que l'OL joue là sa dernière chance de réussir sa saison. Largué du podium en championnat avec déjà douze défaites au compteur en Ligue 1, récemment humilié à domicile par Lorient (1-4), Lyon ne peut plus compter que sur une épopée en Coupe d'Europe pour sauver les apparences. Et pourquoi pas une victoire finale pour accrocher une place en Ligue des champions. Autant d'éléments qui font que Mathieu Valbuena sera servi en matière de pression. Mais que les supporters lyonnais se rassurent, Petit Vélo ne blague pas lorsqu'il dit qu'il sera l'homme de la situation.

"J'aime quand il y a de la haine"


S'il y a bien une chose qui n'effraie pas l'ancien Marseillais, c'est l'hostilité du public adverse. "Vous allez dire que je suis fou ou maso, mais moi, j'aime quand il y a de la haine, de la tension pendant un match. Ça me motive encore plus, ça me transcende", détaille-t-il, toujours dans la même interview. Il n'y a qu'à se souvenir de son match au Vélodrome en septembre 2015. Confronté à Marseille pour la première fois depuis son retour de Russie, il est pris en grippe par les supporters phocéens, qui l'accusent de trahison en ayant signé à l'OL. Sifflets, insultes, jets de projectiles, pantin à son effigie pendu dans les tribunes, le déferlement est violent. Sur le terrain également, où ses anciens coéquipiers semblent bien plus préoccupés par le fait de le découper plutôt que marquer des buts. Pas grave, Valbuena sort un match de patron et est même à deux doigts de donner la victoire aux Lyonnais d'une superbe reprise de volée

Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant