Valbuena évoque le sommet de sa carrière

le
0
Valbuena évoque le sommet de sa carrière
Valbuena évoque le sommet de sa carrière

Mathieu Valbuena, quels ont été les ingrédients de l'exploit des Bleus contre l'Ukraine ? On a frôlé la catastrophe. On était conscient de l'enjeu. On est passé à côté du premier match car on n'avait pas mesuré l'importance de ce rendez-vous. Les quatre jours suivants, on s'est serré les coudes pour le même objectif. On a renversé une situation qui était très compliquée. Ces matchs se jouent avec la tête.

Quels ressorts ont fait basculer le groupe ?A l'aller, on a joué un match international ordinaire. Alors que c'était plus qu'un match. Le coach nous l'a répété. Il y a eu une prise de conscience avant le match retour. On s'est dit que c'était peut-être le dernier repas commun pour certains. En cas d'élimination, quelques personnes auraient fait leurs adieux aux Bleus. Ça booste. On s'est sublimé. L'Ukraine ne nous a pas fait de cadeau à l'aller. Ils nous ont imposé un combat. On leur a rendu la pareille.

Quel a été le rôle de Didier Deschamps ? Ce qu'il a dit à la causerie restera entre nous. Mais il a su trouver les mots justes. On connaît sa capacité à relever ces défis. Il nous inculque la gagne. Au-delà de ses mots qui nous ont touchés, on a su se mobiliser. Les joueurs sont les acteurs. On n'a pas fait n'importe quoi. On a réussi à garder la lucidité.

« On est capable de faire une grande Coupe du Monde »

A titre personnel, être remplaçant à l'aller vous a surmotivé ?Il n'y avait pas d'esprit de revanche. Valbuena ou pas, il fallait des guerriers sur le terrain. On a montré que lorsque l'équipe de France joue au foot et se bat, on peut être une grande équipe. J'espère que c'est le début d'une belle histoire. Est-ce le moment le plus important de votre carrière ? C'est de loin le match le plus important. C'était un match particulier et puis, il y a eu le scénario. On était en bas de l'échelle. Il a fallu se transcender tous ensemble. J'ai senti un engouement autour de cet évènement. Que peut espérer la France au Brésil ? J'espère qu'on a franchi une première étape et qu'il y en aura d'autres. J'espère qu'on a pris conscience qu'il faut avoir l'état d'esprit à chaque fois. On est capable de relever un tel défi et faire une grande Coupe du Monde. En plus au Brésil où ce sera particulier?

Retrouvez l'intégralité de l'interview sur le site de notre partenaire Mediafoot Marseille

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant