Valbuena et l'appétit des Bleus

le
0
Valbuena et l'appétit des Bleus
Valbuena et l'appétit des Bleus

Mathieu Valbuena, vous avez dû éprouver un immense plaisir...Ca a été un grand moment car il y a une victoire au bout et qu'on a fait un match plein et marqué des buts. On savait que ça allait être un match compliqué et dur, un autre niveau que le Honduras. Ils ont aussi mis des coups. C'est vrai qu'au début, ils ont réduit les espaces et ça  a été compliqué. Mais on a su trouver la solution sur un coup de pied arrêté. On a mis beaucoup de détermination et d'agressivité, toutes les valeurs qu'on a depuis un certain temps. C'est ce qui fait qu'on a pris beaucoup de plaisir. Malgré des changements, cette équipe continue de gagner... Est-ce la force de ce groupe ? Je pense que tout le monde est  concerné. Ceux qui jouent forcément, ceux qui rentrent, ceux qui ne jouent pas. C'est la force aujourd'hui de l'équipe de France, on joue tous pour notre pays. On fait une Coupe du Monde, ce n'est pas rien. Voilà, quelque part c'est une grande fierté d'avoir pu faire un match aussi abouti que ça. Il faut continuer comme ça. Les Suisses se plaignaient que ça allait trop vite face à vos déferlantes...On les a mordus. C'était dans la causerie. Il fallait rester sur les valeurs qui font notre force depuis pas mal de temps, on a vu du mouvement, de la mobilité, des buts, de belles contre-attaques. Même si on prend deux buts à la fin, il ne faut pas bouder notre plaisir et il faut continuer comme ça. Il faut savourer puis se remettre au boulot. Ce qui est impressionnant, c'est que même à 3 ou 4-0, vous continuez à attaquer...Bien sûr, on a faim. Des fois quand tu gagnes 3-0, il peut y avoir du relâchement, mais on s'était dit à la mi-temps que personne ne devait se relâcher et qu'il fallait toujours continuer. On l'a fait, il y a un vrai bel état d'esprit de chaque joueur qui est là pour aider son partenaire quand il est en difficulté, c'est la grande force du groupe.

« La force de ce groupe, c'est que tout le monde tire dans le même sens »

Après cette nouvelle grosse prestation, l'équipe de France doit-elle assumer un nouveau statut ? Un nouveau statut, je ne sais pas, mais en tout cas on sera beaucoup plus attendus parce qu'on montre de belles choses, qu'on marque des buts et que quelque part, les gens vont être encore plus méfiants, mais c'est bien, il faudra juste s'y attendre. Avant le match on s'était dit qu'il faudrait avoir plus de caractère quand nous serions en difficulté, mais là on a agi, plutôt que réagi. On a pris le match par le bon bout et ça nous a facilité la tâche. Il faut continuer comme ça et garder l'humilité qu'on a depuis un certain temps et après enchaîner contre l'Equateur.On sent que devant, vous éprouvez un certain plaisir à faire marquer les autres...Oui, bien sûr, mais nous sommes les premiers défenseurs. On savait qu'ils prenaient très bien les couloirs, et qu'ils étaient forts. On n'est pas sixième au classement FIFA pour rien. Défensivement, nous devant, on a essayé de soulager nos défenseurs et nos milieux récupérateurs pour se projeter vite devant. On l'a vu quand Olive (Giroud) me donne le but...Collectivement vous pouvez jouer de différentes manières d'un match à l'autre ? Oui, Antoine (Griezmann) a commencé le premier match. Là, Giroud a commencé et a aussi fait un super match. Tout le monde est concerné. Certains vont jouer plus que d'autres, certains ne joueront pas du tout. Mais la force de ce groupe, c'est que tout le monde tire dans le même sens. La première place contre l'Equateur est-elle importante pour éviter l'Argentine ?Pour l'instant on ne se soucie pas des adversaires. On savoure juste car ce n'est jamais évident de marquer cinq buts, surtout face aux Suisses. Après on se remettra au boulot pour le match face à l'Equateur. On n'a que ça en tête. 

Propos recueillis par notre envoyé spécial à Salvador

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant